fbpx

Test du Covid-19 : le Mali change sa stratégie pour accroître sa capacité

Le premier ministre Boubou CISSE et le ministre de la santé Michèle SIDIBE en visite au UCRC qualifié pour le test du Covid-19 au Mali
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Le premier ministre Boubou CISSE et le ministre de la santé Michèle SIDIBE en visite au UCRC qualifié pour le test du Covid-19 au Mali

Le test du covi-19 au Mali était jusque là une exclusivité dirigée par l’institut de santé publique. Désormais le ministère de la santé étend cette compétence aux CREF ( centre de santé de référence ). Il y’en a au total 6 à Bamako dans les 6 communes du district. En terme de choix, on peut dire qu’il est éclairé dans la forme. Les populations du district de Bamako auront moins de trajet pour faire le test du Covid-19 désormais. Dans le fond, on peut chercher à comprendre le préalable qui a été fait.

Le ministère de la santé a-t-il équipé les CREF pour le test du Covid-19?

Le personnel soignant a-t-il été mis à jour pour le prélèvement et la manipulation des échantillon de test du Covid-19? Quid du transfert des échantillons des CREF vers l’hôpital du point G.  Il faut rappeler que l’hôpital du point G est à ce jour le seul qui gère les échantillon prélevés. En d’autres termes la colline dispose du seul laboratoire au Mali qui possède les infrastructures nécessaire pour étudier les prélèvements et conclure s’ils sont positifs ou négatifs au Covid-19.

Partant de tout ce qui a été dit plus haut, il est productif de chercher à savoir si le ministère de la santé a mis les ressources humaines et matérielles à la disposition de ces petits centres de santé.

Si nous partons du postulat que les CREF sont munis du nécessaire pour assurer les prélèvements des patients pour le test du Covid-19, nous devons nous dire que la chaîne ne s’arrête pas à ce stade.

L’étape qui vient finalement se greffer à tout ce beau travail pour le rendre crédible d’un point de vue scientifique est l’acheminement vers la colline du point G.

Lire aussi

COVID-19 AU MALI : NI PROTOCOLE DE TRAITEMENT NI PROCÉDURE DE PRÉVENTION DES INFECTIONS POUR LE PERSONNEL SOIGNANT

Concrètement, le transport des flacons d’échantillons devient la colonne vertébrale du processus. Le ministère de la santé a-t-il doté les CREF de moyens de transport sanitaires?   Les personnes chargées du transport des échantillons pour le test du Covid-19 ont-ils été formées par rapport aux règles d’hygiène et au temps de transport?

Nous avons consulté un professeur de la faculté de médecine de Bamako au sujet de cette nouvelle donne, il est formel :

” si le transport des échantillons ne se fait pas à temps et dans les règles de l’art, nous risquons de fausser les données issues des analyses biologiques. Des échantillons pourraient rester plus de 24 heures dans les CREF avant d’arriver au UCRC ( Centre Universitaire de Recherche Clinique ) du point G. Par ricochet, les résultats du laboratoire pourraient être faussés quand au test du Covid-19. Nous pourrons avoir aurons des faux positifs au covid-19 et des faux négatifs.”

Par ailleurs le temps des patients pour savoir s’ils sont positifs ou négatifs s’allongerait.

Pour rappel, le Centre Universitaire de Recherche Clinique (UCRC ) installé à la faculté de médecine de Bamako est le seul laboratoire de niveau P3 au Mali capable d’analyser les prélèvements pour le test du covid-19. Sa localisation pourrait être un handicap pour les CREF si le mode de transfert des échantillons est défaillant.

LE PLAN D’ACTION DU GOUVERNEMENT MALIEN POUR LUTTER CONTRE LE COVID-19

Le ministre de la santé Michel SIDIBE et le premier ministre Boubou CISSE doivent prendre le taureau par les cornes et clarifier tous ces détails pour les populations maliennes et le personnel soignant.  L’efficacité de la lutte contre le Covid-19 en dépend.

 

 

Yaya Nianiouma MALLE alias Elijah De BLA

 

Pin It on Pinterest

%d blogueurs aiment cette page :