fbpx

“Sanou nèguèni”: la leçon du vivre ensemble donnée par les enfants d’Angers.

Dans ce monde fou ou la misère des uns est le fonds de commerce des autres, ou la haine est la chose la mieux partagée, certaines histoires nous font espérer. Cet espoir est porté par les enfants  peu importe les origines. Les enfants en question sont ceux de la ville d’Angers en France. Depuis environ 40 ans, la ville d’Angers et la capitale malienne Bamako sont jumelées. A travers ce jumelage, plusieurs projets sont réalisés dans le but de la coopération culturelle, artistique, solidaire et politique.

 

L’association Fasso denw, présidée par Ibrahima Taméga et composée de citoyens du monde a initié un processus de rapprochement d’enfants de Bamako et d’Angers. Plus de 200 enfants entretiennent une correspondance par courriers interposés. A travers ces échanges de courriers, les enfants apprennent à se découvrir, à se connaitre et ainsi anticiper le vivre ensemble au Mali, en France et sur la terre.

Une soirée a réuni les membres de l’association Fasso Denw, les enfants et leurs parents au profit du projet.  La mairie est bien entendu derrière l’organisation afin que les enfants s’épanouissent dans cette aventure.

Parmi les nombreuses activités proposées par les organisateurs, une activité a captivé tout le monde. Il s’agit de la reprise majestueuse de l’une des chansons qui font l’unanimité dans la culture mandingue au Mali. Magnifiée par feu Tara Boré et plusieurs fois reprises par d’autres, les enfants d’Angers ont créée de l’émotion chez nombreuses personnes présentes avec leur version de Sanou nèguè ni. Les voir très impliqués pour interpréter cette belle chanson nous renvoi à notre image d’adultes irresponsables incapables de nous projeter au-delà de nos différences culturelles.

Les enfants d’Angers, grâce à l’association Fasso Denw, donnent une belle leçon du vivre ensemble au reste des hommes et femmes.

 

Elijah De BLA

Pin It on Pinterest

%d blogueurs aiment cette page :