fbpx

Boulevard présidentiel pour Macron : les marionnettistes de la république ont réussiEmmanuel Macron est à quelques marches de l’Elysée. Ne pas le reconnaître serait de la cécité crépusculaire. Adieu en apparence au clivage gauche/ droite. Oui en apparence,   Emmanuel Macron n’est ni de gauche ni de droite dans les textes mais seulement dans les textes.

De François hollande à Manuel Valls, tout le parti socialiste s’est vidé de sa substance au profit de la campagne d’Emmanuel Macron. Benoit Hamon n’a jamais flirté avec le top 2 des sondages. D’ailleurs, parlons un peu des sondages.  Ces études statistiques abusives publiées chaque jour dans le but de maintenir une pression psychologique sur l’électorat qui a cessé de se servir de son cerveau fonctionne bien en France. Ce même battage médiatique sur fond d’abus de sondages aurait fait atteindre le second tour à Philippe Poutou le mal aimé des médias. Les sondages et les chroniqueurs télé sont les usines à opinions des français. Le peuple des lumières n’est plus que l’ombre de lui-même sans jeu de mot.

Sans parti politique, sans passer par la primaire du PS qui l’a pourtant propulsé, sans passé politique, sans avoir été élu une seule fois dans sa courte existence,  Macron est arrivé tel le soleil.

Jamais traité de petit candidat par les média alors qu’il a une expérience politique et associative cumulée de moins de 5 ans, il a été hissé par les médias et tous ceux qui avaient des comptes à régler avec d’autres. François Hollande s’est servi de Macron pour régler ses comptes avec le PS en général et Manuel Valls en particulier. Manuel Valls s’en est servi pour humilier Benoit Hamon qui l’a battu à la primaire.

Emmanuel Macron est un boumerang qui s’ignore et dont les autres font usage.

Les analyses bien pensantes des plateaux télé attestent qu’un second tour avec  Marine Lepen et Emmanuel Manuel Macron est l’expression d’un besoin de renouvellement de l’offre politique. Soit cette analyse est dictée par les marionnettistes soit il y ‘a coïncidence.  Emmanuel Macron arrive avec la bénédiction et les consignes du PS. Sans oublier des faiseurs de rois qui ont été de tous les râteliers. Les lobbies vont plus que jamais peser sur la décision politique si ce que tout le monde sait se confirme dans deux semaines.   En France jusqu’ici l’immiscions ostentatoire des lobbies dans la sphère décisionnaire était confidentielle. Peut-être que la nouvelle offre évoquée sur les chaines de télé est finalement l’importance qui sera accordée aux facteurs extérieurs non élus au suffrage dans notre vie.

Emmanuel Macron dit que sa campagne est financée par les dons de personnes physiques entre  1e et 7500€.

Les dons ne peuvent suffire à couvrir les dépenses d’une campagne bling bling qui a démarré avant celle des autres candidats.  Par ailleurs comment expliquer que Macron a obtenu ses parrainages sans encombre contrairement à d’autres telle Rama Yade déficitaire?

Le système électoral présidentiel en France est mené d’une main de maître par le PS et les LR dans un clivage gauche droite qui ne laisse aucune espèce de chance aux voix dissidentes.

Le front national, pour atteindre les sommets qui sont les siens, va gratter dans la part de la droite. Cette fois-ci  ce n’est pas Macron et son mouvement « en marche » qui sont allé gratter quoique ce soit. C’est le gâteau PS qui ‘est livré  tout seul comme Zahia à Franck Ribery lors de son anniversaire. Les livreurs en chef sont Manuel Valls et François Hollande. D’autres marionnettistes qui n’ont point besoin de lumière sont tapis dans l’ombre. Avec la loi El khomri et l’ultra libéralisme qui constitue le back ground de Macron, il faut prévoir des bouleversements irréversibles dans le paysage social français. Le boulevard se dégage pour Macron puisque tout le monde appellera à voter contre Lepen comme si elle n’avait pas été façonnée par ces mêmes façon de faire la politique. Pourquoi veulent-ils barrer la route à quelqu’un a qui on a créé autant de chemins pour accéder à l’Elysée? A moins d’un cataclysme, Emmanuel Macron sera notre prochain président et il faudra s’y faire.

La sécurité sociale, le salariat, les accords inter entreprise et la mise en concurrence malsaine des salariés français et ceux du reste du monde agrémentera l’actualité au lendemain du plébiscite qui attend Macron. Dieu bénisse la France.

 

Elijah De BLA

Pin It on Pinterest

%d blogueurs aiment cette page :