La prostitution à Lagos : immersion d’une nuit

La prostitution à Lagos, comme dans toutes les capitales c’est la partie du pays où elle est la plus importante dûe au dynamisme économique. Par ailleurs la prostitution nigériane s’exporte beaucoup dans les pays voisins (Bénin, Togo, Ghana, Côte d’Ivoire). Les Nigérianes sont généralement les plus nombreuses, au niveau international parmi les africaines (France, Italie, Angleterre, Chine). Au cours de cette immersion nous n’avons pas pu échanger avec les travailleuses du sexe, car la prise de contact est très difficile.

Les églises se rempliront de fidèles car étonamment beaucoup se trouvent à côté de ces établissements.

Elles refusent généralement d’évoquer leur activité professionnelle devant des étrangers. Nous avons donc suivi une jeune chercheuse, qui prépare un doctorat sur la vie nocturne dans les capitales africaines.

La prostitution à Lagos : le rond point d'Allen Avenue
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

La prostitution à Lagos : le rond point d’Allen Avenue

La prostitution à Lagos est présente aux quatre coins de la ville, et particulièrement active dans la zone d’Ikeja, zone industrielle où sont implantés beaucoup de compagnies et où l’on retrouve également l’aéroport. A l’époque coloniale c’est à Ikeja que vivaient les colons, on y trouve encore de très belle bâtissent appartenant aux riches famille ; de plus la présence d’entreprises internationales comme Danone, Nestlé ou Unilever assure un contingent important d’expatriés.

Les tarifs sont définis selon la durée de la prestation. Les “short therm” prestations de 15 minutes maximum

Mais Ikeja est aujourd’hui un quartier regroupant pour sa majorité des membres de la classe moyenne. L’immersion s’est déroulée sur Allen Avenue et Opebi Avenue, hauts lieux de la prostitution à Ikéja. A l’entrée d’Allen avenue se trouve un rond point où les prostituées et leurs clients se rendent pour leurs prestations, afin de limiter ces exactions un agent est réquisitionné chaque nuit pour surveiller l’endroit.
Ces 2 artères sont très fréquentées le jour, avec la présence de nombreuses banques et de commerces. La nuit venue, sont installés les panneaux signalétiques lumineux indiquant la présence des boîtes de streaptease ou des bars de prostituées.

La prostitution à Lagos : Panneaux signalétiques lumineux
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

La prostitution à Lagos : Panneaux signalétiques lumineux

Nous nous sommes rendus dans le bar de prostituées appelé Pekas, doté également de chambre d’hôtel. Le fonctionnement est assez simple, les prostituées se mettent en ligne et les hommes viennent négocier les tarifs. Si l’accord est conclu ils repartent ensemble sinon la prostituée quitte le rang. Certaines, s’assoient directement et sont rejointes par les hommes qui entament la négociation. Etrangement l’endroit est également fréquenté par des couples donc l’ambiance est agréable, en tant que femmes seules nous étions très à l’aise. Les tarifs sont définis selon la durée de la prestation. Les “short therm” prestations de 15 minutes maximum sont de 1000 nairas (2,3€) et les “long therm” prestations de 30 minutes maximum sont de 5000 nairas (12€) où toutes pratiques peuvent être réalisées. Les prestations se déroulent souvent dans la rue ou dans une voiture. Parmi ces prostituées on ne retrouvent pas d’adolescentes, une moyen d’âge sûrement de 27-28 ans. La majorité d’entre elles viennent de l’état d’Edo, au sud est du pays, région d’où viennent aussi les prostituées se rendant en Europe. Certaines font des allers-retours, des mères de famille, avec un travail ordinaire viennent une semaine de temps à autre pour arrondir leur fin de mois.

Nous sommes ensuite allées dans un bar à streap-tease, l’entrée est gratuite pour les femmes accompagnées sinon c’est 1000 nairas. Des femmes dansent en tenue légère sur des bars de pole dance jusqu’à se déshabiller complètement pendant la durée de 4 à 5 chansons. La règle veut généralement que celles-ci commencent en tant que serveuse, et devenir streap-teaseuse représente une ascension car beaucoup mieux rémunéré. Elles peuvent proposer à leurs clients des séances privées dans les salles VIP pour 10K nairas (23,5€) et un lap dance pour 5K nairas (12€). Ce type d’endroit est fréquenté par des hommes seuls, des groupes d’hommes, des couples et des groupes d’amis mixtes.
En tant que femmes seules, nous étions très à l’aise, certaines filles sont venues nous saluer.

La prostitution à Lagos présente multiple facettes, à Ikeja l’ambiance est plutôt calme et sûre. Dans le quartier d’Ojuelegba c’est très dangereux, dans certaines parties de la ville les femmes sont beaucoup plus agées et c’est ce que recherche certains clients.

Au petit matin, tout ce beau monde aura disparu pour faire place à monsieur et madame tout le monde, de même pour les panneaux signalétiques. Les églises se rempliront de fidèles car étonamment beaucoup se trouvent à côté de ces établissements.

Abeni, correspondante à Lagos

Pin It on Pinterest