Soumaila CISSE: le Mali n’a pas de plan B si les élections ne sont pas organisées à la date

Soumaila CISSE, chef de file de l’opposition malienne et président de l’URD est revenu sur l’actualité malienne dans un entretien accordé à notre correspondant à Bamako, Maraka KEH. Il faut le préciser avant toutes choses que cette interview est la première accordée par Soumaila CISSE à notre média depuis notre création en 2012.
D’entrée de jeu, la visite du premier ministre en Algérie sur fond de recherche de solution à la plaie malienne a fait l’objet d’une réserve de l’opposant le plus gradé au pouvoir. en effet Soumaila CISSE, aurait préféré une approche plus domestique à la quête de solution de paix avant l’importation de formule algérienne.
Notre invité estime que la démission du général Moussa Sinko COULIBALY est encadrée par la loi et n’a rien d’anormale. Cependant, cette démission serait le symbole que l’opposition qu’il incarne fait bien de critiquer. Il rappelle que Moussa sinko COULIBALY a soutenu le président IBK dans le passé et que sa démission est la preuve que les choses vont mal.
Concernant les échéances électorales présidentielles et la date prévue, Soumaila CISSE estime n’avoir d’autre choix que de croire au président de la république et son premier ministre qui ont tous deux confirmé la tenue de la présidentielle à la date indiquée. Il rappelle que le président IBK en a fait la promesse aux maliens et à la communauté internationale. “Nous ne croirons que ce que nous verrons”. L’organisation des bureaux de vote, les cartes NINA et tout le travail technique devra être fait pour montrer la bonne volonté. selon CISSE, si les élections ne sont pas organisées à la date indiquée, ce sera l’aventure. Le Mali ne mérite pas une autre crise.

Si Nombreux maliens exigent le départ de l’armée française, c’est au gouvernement malien de demander aux français de quitter le Mali. C’est la vision de CISSE pour répondre aux maliens.
Soumaila CISSE qualifie la plate forme Ante A bana de réussite en terme de mobilisation et et citoyenneté. Si des problèmes de croissance sont apparus, c’est une constante dans toutes les organisations. Il estime que d’autres combats auront lieu et certainement la réussite.
La défaillance de l’état sur le chantier de l’éducation nationale n’a pas été épargnée par le leader de l’opposition. Soumaila CISSE a relevé le fait que le président de la république et le ministre de l’enseignement supérieur expriment leur désolation comme s’ils attendent la solution d’une tierce personne. Il dira que c’est à l’état d’organiser l’enseignement.
Notre invité dit ne pas rêver de la présidence mais plutôt du Mali. Il dit être dans un combat politique pour le Mali et compte sur le peuple qui est seul juge.
Pour conclure cet entretien, Soumaila CISSE estime que l’opposition est discriminée dans les média publics alors que la loi prévoit une place pour elle. Il dit compter sur les médias privé qui sont de fait le seul recours pour s’exprimer publiquement.

Elijah De BLA

Pin It on Pinterest

%d blogueurs aiment cette page :