Sarko is back, what else?

L’ancien président français Nicolas Sarkozy annonce qu’il briguera la présidence de l’UMP pour ensuite briguer la présidence de la république française dans trois ans. Jusque là, rien d’anormal sauf que Sarkozy a été désavoué il y a à peine deux ans par les français pour son incapacité à conduire la France. Si son plan fonctionne comme celui qui lui avait permis d’abuser d’une dame très âgée habitant une partie de l’année à Neuilly sur Seine et l’autre partie dans ses nombreuses propriétés à travers le monde, il pourra se mesurer à François Hollande. Il faut rappeler que si ce cas de figure se présente aux français, ils auront à faire un choix très mou.  Sarkozy a réussi en une décennie un certain nombre de plans dont l’effacement de la carte du monde du guide libyen Mouhammar KADhAFI ainsi que la tranquillité et la quiétude qui rimait avec la vie des libyens.  Il a réussi à décomplexer les racistes et le racisme en France.  Grâce ou à cause de Sarkozy, il y a d’une part des bons français opposés aux mauvais français et d’autre part des éternels immigrés opposés aux français.

Sarkozy, même dans ses plans les plus démoniaques ne pourra égaler la déception qui caractérise le règne d’Hollande le normal. Pendant son quinquennat express Sarkozy n’avait pas réussi a ramener la croissance, le chômage est resté à deux chiffres, les agences de notation  telle que standard and poor’s ont rabaissé la note de la France, passant du triple A au double AA. La fuite des imposables à l’ISF et des industries était devenue un sport sponsorisé. Le tripatouillage des sondages en faveur de Sarko était organisé par des instituts de sondage dont celui appartenant à Laurence Parisot ( IFOP) ex présidente du MEDEF. Sarkozy fut le président qui multipliait de façon artificielle le nombre de cameras présentes à chacune de ses sorties pour donner l’effet multiplicateur. Le clivage riches vs pauvres avait atteint des sommets ainsi que les pointeurs au pôle emploi.

Si le mur entre l’extrême droite (FN) et les partis dits républicains est tombé, c’est grâce à Sarkozy et a son équipe qui à force de fricoter avec les idées extrêmes ont rendu le FN attrayant auprès de nombreux français qui réfléchissent  par JT de TF1 interposé ou pour faire simple ne réfléchissent pas. Quand Sarkozy parlait des prolétaires, le terme de “bouseux” était employé, aujourd’hui Hollande à amélioré ce terme qui est devenu ” les sans dents”. On conviendra donc que ces deux présidents ont une approche très condescendante de la classe laborieuse française.

L’un des meilleurs plans réussi par Sarkozy fut la fissuration de l’UMP et l’implosion qui y règne jusqu’à présent. Il a si bien réussi son coups que Jean François Copé est allé s’acheter une virginité. Il n’est toujours pas de retour donc hors jeu. François Fillon est  inaudible, Alain Jupé est  incapable de parler face à Sarkozy et tous les autres ne font pas le poids. L’histoire se déroule comme s’il est le seul à pouvoir redresser la baraque. Il est donc appelé selon son fantasme par les français un peu comme  les maliens qui ont appelé la France pour les secourir face aux terroristes utilisant des armements français au nord du Mali.

Les raisons  qui ont conduit Sarkozy à un échec  au moment de briguer un second mandat  sont les mêmes qui hantent les nuits du désir de second mandat de Hollande. Sarkozy ou Hollande, il ne se passe rien, du moins rien de bon. On pourra les interchanger comme on veut dans les urnes, le statu quo prévaudra.  Le retour de Sarkozy s’il ne peut pas être qualifié de non événement est tout de même un déni d’information car il n’a jamais été question d’un départ ni d’un retrait. La machine médiatique acquise à sa cause traite l’événement comme une révélation en occultant toutes les affaires judiciaires qui auraient dues entraver ce pseudo retour. Il n’existe nulle part ailleurs un politique avec autant de casseroles à son actif et qui ne fasse pas profil bas. Les affaires qui lient Sarkozy à la justice sont les unes plus gravissimes que les autres mais il donne l’impression que chaque nouvelle affaire renforce sa conviction de “revenir”.

A présent, il est de retour et visible telle l’une des sept merveilles du monde mais au fond, que va t-il proposer de différent par rapport à ce qu’il a déjà proposé dans un passé proche et pas réalisé ? La vraie nouvelle réside dans le fait qu’un nouveau mandat de président lui conférera une immunité qui le protégera dans ses nombreuses affaires. En cas de victoire finale il pourra modifier la constitution pour se barricader, chose qu’il oublia de faire lorsqu’il il était locataire de l’Élysée. Il pourra compter sur le temps de cerveau disponible des nombreux français prêts à s’abreuver de tout ce qui est fabriqué en masse dans les usines  IFOP, BFM TV, ITELE et leur tête pensante TF1.

ELIJAH DE BLA

Souscrire à notre lettre d'information