Le retrait pure et simple du projet de révision de la constitution

Une semaine après la première série de mobilisations des maliens dans le monde à l’instar de ceux du Mali, les maliens de France réunis au sein de la plate-forme AN TE A BANA ont marché ce premier Juillet à Paris pour réclamer le retrait pure et simple du projet de révision de la constitution.

Mobilisation pour le retrait pure et simple du projet de révision de la constitution
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Laye DABO dans le rôle du chauffeur de salle pour demander le retrait du projet de révision de la constitution

La détermination semble être le mot qui qualifie mieux le mouvement en faveur du retrait pure et simple du projet de révision de la constitution malienne.

Les mobilisations gagnent du terrain autant à Bamako qu’à Paris. La médiatisation de la contestation par les réseaux sociaux  enlève tout caractère confidentiel à la fronde. Tout comme lors de la première mobilisation, les slogans demeurent les mêmes en ce Samedi premier jour du mois de Juillet. “An TE A BANA”, “Touche pas à ma constitution” sont les plus scandés.

 

De plus en plus de voix expriment un départ du président IBK et de sa famille qui règnent sur le Mali. Les manifestants parlent de trahison du président envers le peuple malien. Il faut remarquer que nombreux maliens non encartés dans les partis politiques et dans les associations de migrants font le déplacement exiger le retrait du projet de révision de la constitution.  Il y’a eu des moments d’émotion suite à la mythique chanson de Tara BORE( Sanou nèguèni). des femmes sous le coup de l’émotion suscitée par les paroles de la chanson ont pleuré.

 

Ce mouvement spontané baptisé AN TE A BANA est conduit par des maliens de France rompus aux climat associatif et aux centaines de manifestations organisées dans le passé. La communication, l’organisation, les rôles, la sécurité et même l’approvisionnement en eau, jus de fruit et tee shorts sont si bien coordonnés que tout semble fluide. Tout ce monde de bénévoles ne compte pas son temps pour maintenir la pression.

Peut être que le besoin d’être utile pour sa nation et la peur de voir le Mali basculer dans l’incertitude codifiée fait pousser des ailes aux maliens de France dans leur combat pour le retrait pure et simple du projet de révision de la constitution.

 

Elijah De BLA

 

Pin It on Pinterest

%d blogueurs aiment cette page :