Au Nigéria les politiciens sont parmi les mieux payés au monde, une situation possible grâce aux revenues du pétrole. Etes-vous déjà allés à Lagos ? La question porte sur Lagos et non le Nigéria car le sujet qui sera traité dans l’article prend tout sons sens à travers cette ville. Pour ceux qui ont déjà eu la chance de s’y rendre, vous avez sûrement constaté l’immense fossé qui existe entre les péninsules appelées “islands” et la partie insulaire appelée “mainland”. Pour résumer les péninsules sont presque à l’image des pays occidentaux, des routes construites au goudron , nommage des rues, des restaurants et hôtels de standing, des centres commerciaux, des voitures de luxe. Quant à la partie insulaire, elle correspond beaucoup plus à l’image que l’on montre de l’Afrique à la télévision ; d’ailleurs les Français vivant à Lagos disent souvent que ce n’est pas “la vraie Afrique”. C’est très simple entre 1960 et 2005 environ 30 trillions de dollars ont été détournés par les institutionnels du pays. Un montant qui fait que ces politiciens sont parmi les mieux logés au monde avec environ un revenu annuel de 118K dollars en 2013. Une somme qui représente 63 fois le PIB par personne en 2013, le salaire minimum étant de 38$.

  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Un marché de la ville de Lagos, Nigéria


Pour comparaison, au Royaume Uni un membre du parlement gagne 64K dollars par an et un sénateur gagne 174K dollars par an. Au Nigéria, le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté est passé de 69 millions en 2004 à 112 millions en 2014 soit 69% d’une population. Malgré son dynamisme, le pays est l’un des rares en Afrique face à ce type de situation. Les écarts de richesse sont affolants à Lagos, on est sans cesse interpellé par le balai des grosses berlines, des femmes arborant la maroquinerie de luxe mais aussi le balai de mendiants que l’on trouve à chaque carrefour. Une situation qui s’illustre parfaitement à travers les chiffres, à la même période le nombre de millionaire a augmenté de 44%. A l’échelle de tout le pays la situation est vraiment dramatique car malgré la récession traversée en 2016 et en 2017, le Nigéria reste la première économie du continent et l’une des plus dynamiques au monde. La pauvreté du pays est donc entièrement due au manque de gouvernance, à la corruption et à une classe politique totalement déconnectée des réalités que traversent la population. Un rapport sur le secteur électrique révèle que durant ces 16 dernières années, le secteur a perdu 30 milliards de dollars dû à la corruption. Des chiffres qui étonneront peu de Nigérians compte-tenu de l’état désastreux de ce secteur. Les seuls personnes dans le pays jouissant de l’électricité de façon continu sont les plus aisés et cela uniquement par le biais de générateur dont l’alimentation est extrêmement onéreuse.

Pour plus d’informations sur ce sujet, nous vous invitons à consulter le rapport Inequality in Nigeria exploring the borders.

Abeni, correspondante à Lagos

Pin It on Pinterest

%d blogueurs aiment cette page :