Mort du Bébé Migrant : juste le temps de l’émotion et des mauvaises décisions.

Beaucoup auraient voulu que ce soit un photomontage. D’autres auraient voulu condamner l’auteur de cette photo « indécente » en qualifiant cet acte de voyeurisme.

Le choc et le poids des images

Le mérite de cette photo, au-delà de l’insoutenable, c’est de mettre en lumière l’incompétence, l’incapacité et l’irresponsabilité des autorités et institutions nationales et internationales pour traiter la question de cette migration clandestine.

Diriger c’est prévoir, prévoir c’est anticiper.
Pour tous ceux qui ont eu à travailler auprès des migrants notamment les associations, cette tragédie était inéluctable, prévisible sans dire « souhaitable » pour qu’il y ait enfin une réaction des autorités. Ces dernières adoptaient une politique de l’autruche ou de la patate chaude pour fuir leurs responsabilités face à la question.

Un mal pour un bien donc.

Le problème des migrants ne date pas des chavirements des bateaux en méditerranée ou de la mort de ce pauvre bébé.

La formule de Paris Match « le poids des mots, le choc des images » est d’un autre temps. Aujourd’hui, seules les images comptent et influencent nos émotions.
Les chaînes d’information continue l’ont bien compris.

Quand cette «belle» photo apparaît, on se sent obligé de réagir, de surenchérir, de faire dans l’hypocrisie, dans la démagogie. Mais (comme toujours) juste pour un temps : le temps de l’émotion.

Dans notre ère de l’information numérique où tout va très vite, une information chasse une autre. L’émotion mondiale devrait s’essouffler et rien ne changera.

Poser une « bombe » pour obtenir gain à une juste cause !

La leçon à retenir de ce drame c’est que les autorités agissent quand il est trop tard. Les alertes ne servent plus à rien car sont inaudibles, les manifestations n’empêchent pas la caravane de passer.
C’est triste à constater, mais seul l’effet d’une bombe fait réagir. Comme cette mort est une bombe, tout comme le chavirement d’un bateau de migrants ou la tentative de passage en force du tunnel sous la Manche…

Chaque réaction entraîne son lot de mauvaises décisions. Bombarder la Syrie, détruire les bateaux des passeurs, augmenter le nombre de lits ou ouvrir des centres d’accueil tout en réduisant le budget des structures d’accueil, mettre en place des financements pour du Co développement sans faire bénéficier les nécessiteux…nous nous passerons de toutes ces commissions créées pour la circonstance et ne servant à rien du tout.

Toutes ces mesures entraînent plus de désordres et de confusions.

Néanmoins, mieux vaut être dans l’action qu’aux abonnés absents.

L’Union Africaine aux abonnés absents.

Comment expliquer le manque de réaction sinon de décision face à la crise des migrants du côté de l’Union Africaine ou à défaut des pays concernés ?
S’en étonner serait montrer de la naïveté mais tout de même, nous n’allons pas fermer les yeux sur cette forme de communication étrange.

Aucun sommet ou une conférence d’urgence pour traiter de la question avec des mesures concrètes. Faudra t-il attendre la conférence internationale initiée par François Hollande pour entendre l’Union Africaine sur cette question ?

Un silence aussi…assourdissant ne présage rien de bon. C’est pourtant la vie de milliers d’Africains qui sont en jeu.

Dans le moins pire des cas ce serait tout simplement de l’incompétence et serait donc facilement réparable.
Dans le pire des cas, ce serait être complice et lorgner sur des subventions ou des aides financières des institutions internationales. Là, ce serait tout simplement criminel.

Tant que vous ne revoyez pas vos politiques, tant que vous ne donnerez pas de l’espoir notamment à la jeunesse, on n’empêchera pas cet afflux migratoire.

Tant que la route du désert, la traversée de la méditerranée et la clandestinité se concrétisera au bout d’une année à l’envoi d’un Western Union à la famille restée au pays…chose impossible en restant dans son pays d’origine, alors ce sera un risque à prendre.

La solution serait de mettre l’humain au cœur du problème. Comprendre pourquoi les personnes sont prêtes à prendre tous les risques pour quitter leur pays et vous avez une grosse partie de la solution.

A bon entendeur…

Baba Dème
@babademefr