Mali : l’Algérie demande aux autorités d’organiser les élections et appliquer l’accord d‘Alger.

Lors de son entretien périodique avec la presse nationale algérienne, le Président  Abdelmadjid Tebboune demande aux autorités maliennes d’organiser les élections et appliquer l’accord d’Alger dans un bref délai.  L’Algérie étant la chef de la médiation pour l’application de l’accord d’Alger est dotée de ce pouvoir spécifique par ce même document (APR). Depuis un moment, elle est absente dans les discussions officielles  malgré qu’elle ait affiché sa volonté d’accompagner le Mali tant sur le plan économique que politique.

Une séance de rencontres entre les mouvements signataires et le gouvernement a débuté à Bamako aujourd’hui le 01 août 2022 jusqu’au 05 Août 2022. Est-ce l’Algérie veut réellement accélérer l’application de l’APR ? Dans le même entretien le fait que le Président algérien exprime la disponibilité de l’Algérie à apporter son assistance matérielle et organiser des rencontres en Algérie ou au Mali entre belligérants maliens, n’est pas anodin. Il y a bien une pression de l’ombre qui ne dit pas son nom de la part de l’Algérie depuis les propositions quant à la durée de la transition. Dans la même suite, le Président Tebboune s’est prononcé sur les dossiers des ressortissants algériens agressés à Gao (Mali) dans la nuit du 08 juillet 2022 et des diplomates kidnappés dont deux avaient trouvé la mort. Il affirme que ces dossiers ne sont pas encore classés et que les auteurs devront répondre de leurs actes.

Au-delà des regards politiques et diplomatiques, cet évènement douloureux pour l’Algérie est aussi une raison pour laquelle elle affiche son inquiétude par rapport à la situation sécuritaire du Mali. Nous attendons la réaction des autorités maliennes.

 

BOUKA NIARE