fbpx

L’interpellation de Ras Bath a-t-elle été orchestrée?

Suite à l’interpellation de Ras Bath le 17 Août,  les moteurs de recherche ont certainement été sollicités pour plus de requêtes concernant Ras Bath qu’autre chose au sujet du Mali ces dernières 72 heures. La raison est à présent connue de tous. En effet le chroniqueur radio le plus célèbre du Mali à fait l’objet d’une interpellation.

Encore une fois, nous allons nous éloigner de tout jugement portant sur l’homme afin de consacrer nos analyses sur des faits. Comme le dit l’adage, les faits sont têtus.

Si nous scrutons de près les premières raisons de l’interpellation de Ras Bath,  il s’agissait exclusivement d’atteinte à l’intégrité morale du prédicateur et non moins sulfureux Bandjougou Doumbia. Admettons que ce soit une bonne raison pour interpeller quelqu’un, on peut se demander pourquoi avoir attendu autant de temps pour exécuter une intention aussi flagrante.  Le deuxième fait qui interpelle les observateurs non adeptes de la pensée unique et de la religion de l’émotion primaire  est la coïncidence parfaite entre le moment où le chroniqueur Radio Ras Bath s’en prend à l’amateurisme de l’état major de l’armée malienne et son interpellation. La plupart des maliens peuvent penser à juste titre que l’interpellation du chroniqueur à pour but de lui mettre la pression afin qu’il cesse d’inciter la population à la vigilance face à la mascarade qu’est le commandement de l’armée. Les maliens n’ont  pas tort de le penser car en réalité, c’est le scénario orchestré pour duper la population. Mais la  réalité est plus profonde et d’avantage plus inquiétante pour le régime. Certes l’avion présidentiel n’a pas le droit d’atterrir ni à Gao ni à Tombouctou encore moins à Kidal, certes les soldats maliens sont conduits chaque jour  à l’abattoir sans ménagement, leurs veuves et orphelins peuvent en témoigner, la raison qui fait perdre la tête à Koulouba est le risque maximum d’un coup d’état. En effet l’un des sujets de discussion des maliens ces derniers temps est la possibilité d’un coup d’état militaire. Les réseaux sociaux et les forums des sites Web d’informations en témoignent. De manière décomplexée, les maliens s’expriment au sujet de cette éventualité comme alternative à la gouvernance boiteuse du régime IBK. Que ces maliens soient bien informés ou non est la grande interrogation cependant,  les hommes en uniforme vivent très mal la boucherie qu’est devenue la vie de  leurs collègues qui tombent chaque jour.

L’attaque du camp de Nampala a été le fait de trop et les responsabilités du commandement sont citées justement par Ras Bath. Par ailleurs, le président IBK mal avisé n’est plus en odeur de sainteté avec le général Ag Gamou mentor du mouvement GATIA et seule connexion avec le nord du Mali.

L'interpellation de Ras Bath
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Le président IBK en compagnie du chef d’état major Didier Dakouo, et du ministre de la défense Thieman Coulibaly

Les deux hommes n’ont jamais réussi à coordonner leurs intentions sur le terrain des hostilités au nord du Mali. L’un connaît le terrain et y fait régulièrement des missions, l’autre y est interdit de séjour. D’ailleurs IBK croyant pouvoir se passer du général Ag Gamou pour regagner la confiance des groupe régnant sur Kidal s’est fait rouler dans la farine avec à clé la perte d’un demi milliard de francs CFA. Le général Ag Gamou à une côte de popularité telle qu’il fait rêver tout politique. Civils et militaires ont pris effet de cause pour cet ex rebelle. Les soldats lui jurent fidélité et pourraient choisir son camp si toute fois ce dernier venait à être menacé par le président de la république. Ce cas de figure a failli arriver il y a deux semaines au Mali.  La situation du président IBK  à la tête du Mali est semblable à un cheveu sur un fil de rasoir.

L'interpellation de Ras Bath
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Le général Ag Gamou en compagnie du président Dionkounda Traoré

Ras Bath sans le savoir et sans y participer à servi à détourner l’opinion  public de cette fragilité du régime IBK  qui est aux abois.

L’un des grands classiques en matière de stratégie de communication de crise est le déplacement du curseur. Pour cesser de mettre la lumière sur un événement,  il faut créer un événement au moins de la même ampleur qui attire toute la lumière. L’interpellation avortée de Ras Bath avec intervention suprême du président IBK  et du lobby religieux est un événement créé de toute pièce sur le dos du vaillant Rasta pour endormir les maliens. Le scénario à fonctionné à la perfection puisque les jeunes maliens tels des mouches se sont agglutinés sur la viande Mali en putréfaction sans avoir le minimum possible de recul. On ne parle plus de coup d’état, ni de Ami Kane ni de la situation désastreuse de l’armée. Tout le monde parle de Ras Bath et pendant ce temps l’armée ne cesse pas d’être dans la misère, le chômage ne recule pas et les soldats morts ne ressuscitent pas.  Le lobby religieux tout comme ces radios privées demeurent l’opium du peuple tant qu’ils n’engagent pas d’action pure. Les propos de Ras Bath qui dénoncent de manière flagrante la gouvernance actuelle, s’ils ne sont pas suivis d’un éveil et d’un réveil demeurent une source d’endormissement du peuple. Les maliens pensent accomplir leurs devoirs en écoutant ces émissions radios puis vont se coucher après avoir pris le thé à la menthe. Ils ne constituent pas un danger majeur pour le pouvoir, par contre Ras Bath a été un appât pour dévier la réflexion de la jeunesse.

On peut décider de refuser le débat et se comporter tel un mouton et on sera mangé le jour de l’Aid el Kebir  qui approche à grand pas. Sinon on a la possibilité de mener des réflexions pour comprendre notre environnement et le pourquoi de certains agissements et de certains choix. Ne pas être d’accord n’est pas une maladie, se comprendre est une nécessité. Au-delà d’être des éternels jeunes, nous maliens avons démissionné de la sphère des réflexions. Nous nous faisons généralement livrer des réflexions toutes faites par des esprits auxquels nous nous sommes assujettis volontairement.

Ceux qui dirigent le Mali savent faire peu de bonnes choses mais ils ont compris que l’émotion guide le malien et le conduira où l’on voudra.

Ras Bath serait sorti gagnant de son procès si la jeunesse malienne ne s’était pas précipitée pour l’exfiltrer de la justice. La meilleure tribune qui pouvait être offerte à Ras Bath et à la cause des maliens aurait été un procès. Les soutiens de Ras Bath auraient pu organiser sa défense en payant des célébrités d’avocats étrangers afin de rendre son procès médiatisé à l’international et prendre à témoin la communauté internationale. Ce n’était qu’une interpellation, il n’y a eu ni procès, ni vice de procédure ni condamnation. La jeunesse malienne souhaite t-elle enfanter des maliens non justiciables? si tel est le cas, elle n’écoute pas vraiment les prêches de Ras Bath.

La mobilisation pour Ras Bath fut une occasion manquée de laisser faire la justice. Elle a desservie la cause et Ras Bath est tout aussi victime d’un montage qui dépasse ses propos. La jeunesse est victime de son immaturité à comprendre l’écosystème qui l’entoure et à l’apprivoiser.

On ne peut pas faire semblant d’être réveillé, par contre on peut faire semblant de dormir. La jeunesse malienne et le régime font tous semblant. Le pouvoir fait semblant de dormir et la jeunesse fait semblant d’être réveillée.

 

 

Elijah De BLA

Pin It on Pinterest

%d blogueurs aiment cette page :