fbpx

Les juifs noirs africains : découverte de cette communauté

Les juifs noirs africains sont une communauté très discrète et très peu connue à l’instar des communautés musulmanes et chrétienne. Bien sûr il y’a la communauté juive d’Afrique du nord mais on traitera ici des juifs originaires d’Afrique subsaharienne. Les juifs noirs africains sont présents aux quatre coins du continent avec une histoire diverse. On estime que leur présence sur le continent remonterait à plus de 2000 ans. 

Les juifs noirs africains, du Mali

Cette communauté se trouve dans la région de Tombouctou, dans le centre du Mali. Leur origine remonte au 14è siècle, à l’époque la région faisait partie du royaume de Songaï. Une communauté juive originaire d’Espagne voulant se protéger des persécutions s’est alors réfugiée dans la région où elle a fondé 3 villages. Mais la communauté est à nouveau persécutée en 1492 avec l’arrivée d’un roi très hostile au peuple juif, qui leur impose la conversion à l’islam ou le départ. Ils se sont alors convertis, d’autres vagues d’immigration de familles juives suivront au 18e et au 19e siècle. Les 3 villages existent encore à ce jour.

Lire aussi : Les Africains privilégient l’unité religieuse à l’unité africaine

Les juifs noirs africains, du Sénégal et du Cap-vert

Il s’agit d’une seule et même communauté, les Capverdiens vivant au Sénégal sont d’ailleurs appelés les Portugais. Cette communauté a été fondée par des juifs Portugais qui ont vécu entre le 16è et le 17è siècle sur les côtes sénégalaises pour aussi se protéger des persécutions. Certains étaient des négriers et ont ainsi convertis leurs esclaves. La pratique du judaïsme au sein de cette communauté était assimilée autant que possible aux pratiques chrétiennes afin de le dissimuler au maximum. Par exemple à Noël ils n’assistaient pas à la messe mais celle-ci était faite chez eux. La circoncision était réalisée par un prêtre et appelée baptême. Au sein des familles une bougie était allumée tous les soirs et 2 bougies les vendredis soir et les prières sont faites en portugais et en Heubreu dans certaines familles.

Les juifs noirs africains, du Zimbabwe & d’Afrique du sud

L’origine des Lembas remonterait à l’an 600 au Yémen, ils seraient issus d’une tribu juive de Sanaa. Une immigration fréquente à l’époque compte-tenu des voyages des marchands arabes et juifs dans cette région de l’Afrique. Encore aujourd’hui leurs pratiques du judaïsme est très proches des rites antiques.

Les juifs noirs africains
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Les juifs noirs africains

Les juifs noirs africains, d’Ethiopie et d’Erythrée

Il s’agit de la plus ancienne communauté noire d’Afrique, elle vivait dans la région du Tigré et d’Amhara. Ils descendent de la reine de Saba dont le fils Ménélik 1er qu’elle a eu avec le roi Salomon fait du judaïsme la religion de la famille royale et de l’aristocratie. Ils sont appelés Falachas (un terme qui signifie ‘émigré’ en amharique) au cours de leur histoire en Ethiopie, mais eux se désignaient par le terme Beta Israël (qui signifie Maison d’Israël en Amharique). Depuis 1975 cette communauté a émigré en Israël après sa reconnaissance par le grand rabbin en tant que l’une des 10 tribus d’Israël et a presque totalement disparue d’Ethiopie. Ils sont aujourd’hui environ 120 000. 

Cette liste n’est pas exhaustive, on recense des communautés juives noires également en Somalie ou encore à Sao Tomé-et-Principé mais à une échelle moindre que celles citées plus haut.

Les juifs noirs africains, du Nigéria, de l’Ouganda, du Ghana et autres

Ces communautés se sont fondées à une époque bien plus moderne. Au Nigéria c’est au sein du peuple Igbo qui se trouve dans le sud-est du pays qu’on retrouve la pratique du judaïsme, ils seraient à peu près 30 000 avec 70 synagogues présents sur le territoire. Ils se font appeler Hebrewitts.

Au Ghana et en Ouganda c’est il y’a presque un siècle que se sont formées des communautés juives, à l’initiative d’un chef religieux. En Ouganda ils s’appellent Abayudaya et au Ghana House of Israël au sein du peuple Gan.

Et plus récemment en 2007-2008 les Beth Yeshorun du Cameroun, qui se seraient initiés au judaïsme sur internet.

Sisi Abeni

 

Pin It on Pinterest

%d blogueurs aiment cette page :