Le Parlement ivoirien : là où tout est possible

Depuis l’adoption en Octobre 2016 (93,42% oui et 6,58% non) de la Nouvelle Constitution consacrant la 3e République, le Parlement ivoirien connait une évolution. D’une chambre, il est désormais bicaméral (deux chambres), à savoir la chambre des Députés et la chambre des Sénateurs (Chambre Haute) conformément à l’article 85 de la Constitution.

Une nouvelle organisation du Parlement ivoirien…

Au nombre de 99, et conformément à l’article 87 de la Constitution, les Sénateurs du Parlement ivoirien sont élus, pour deux tiers (2/3) soit 66, au suffrage universel indirect. Un tiers (1/3) soit 33 est désigné par le Président de la République parmi les Ivoiriens reconnus pour leur expertise et leurs compétences avérées dans les domaines politique, administratif, économique, scientifique, culturel, sportif, professionnel et social. Le mandat des sénateurs est de cinq ans.

… pas toujours respectée

Si le premier principe de l’article 87 de la constituante est respecté depuis le 24 Mars dernier, date à laquelle les grands électeurs ont été appelés aux urnes pour l’élection des 2/3 des sénateurs, le second quant à lui est loin d’être respecté. Car, jusqu’à ce jour, le Président n’a pas encore délibéré ou du moins ne s’est pas encore prononcé pour la nomination de l’autre 1/3 des membres de la Chambre Haute du Parlement Ivoirien pour lequel et selon des informations il y aurait plus de 500 candidatures.

Même si certains affirment la « non contradiction des textes de loi » par ce retard de nomination, force est de constater que la Chambre Haute du Parlement Ivoirien s’est élue son Président depuis le 05 Avril 2018.

Quelle est la règle de l’élection du Président du Sénat ? Le vote du 1/3 des membres est-il valable ou pas ? Ou la Chambre Haute du Parlement Ivoirien va-t-elle fonctionner dans tous ses habitants ? En tout état de cause, que le Président nomme ou pas les 33 membres de la Chambre Haute du Parlement ivoirien, le Ministre Jeannot Ahoussou – Kouadio, Premier Président du Sénat élu à 100% des suffrages exprimés, s’est confortablement installé dans son fauteuil.

Au regard de cette évolution nouvelle de la chambre des représentants du peuple, l’on pourrait être tenté de confirmer que « la Côte d’Ivoire est le pays le plus doux au monde.» où tout y est possible. Politicien du Parlement ivoirien ou pas, chacun fonctionne selon ses humeurs et ses ressentis. La vrai raison de ce retard dans la nomination n’est-elle pas ailleurs quand l’on connait la tension et la prise d’armes entre les deux grande forces du RHDP (PDCI – RDR) ?

Comme tout est possible en Côte d’Ivoire, peut être que la Chambre Haute du Parlement ivoirien va fonctionner pour la première mandature avec les 2/3 de ses membres.

Lassina BAMBA

Pin It on Pinterest