fbpx

Le COVID-19 en Afrique, quelle ampleur jusque là?

Le COVID-19 en Afrique prend de plus en plus d’ampleur. La pandémie jusqu’à la mi-mars avait relativement épargné le continent à la surprise de la communauté internationale. Au 21 mars le nombre de victimes du COVID-19 en Afrique se chiffrait à 1016. Une grande majorité de ces victimes venait de l’Europe. L’expression ‘l’Europe coronise l’Afrique’ a même été utilisée sur le continent.

Au 27 mars on a enregistré plus de 2500 cas et plus de 75 décès à travers 46 pays.

Les pays les plus impactés sont à ce jour ceux qui disposent des systèmes de santé les plus solides. Il s’agit de l’Afrique du sud, l’Egypte et l’Algérie.

Nous vous proposons une analyse de la situation sur le continent à travers 7 pays :

Le COVID-19 en Afrique : l’Afrique du sud

C’est le pays le plus affecté sur le continent avec à ce jour 1155 cas. Ils viennent d’enregistrer leur premier mort, le gouvernement a donc décrété le confinement total à partir du 27 mars pendant 3 semaines. Une décision qui pourra être mise à mal étant donné qu’un cinquième de la population vit dans les bidonvilles et gagne ses revenues au jour le jour. La population n’est autorisée à sortir que pour se ravitailler en nourriture ou se soigner. Des postes de contrôle ont été mis en place le long des routes.

Le COVID-19 en Afrique : Le Nigéria

Le pays le plus peuplé d’Afrique compte au 28 mars 97 personnes contaminées et un mort. Depuis le 21 mars il a été demandé la fermetures des écoles, des universités, des restaurants et des bars. Certains marchés ont fermé, mais les produits de base sont dorénavant vendus dans certaines écoles transformées en marché de fortune. Les classes les plus aisées se sont auto-confinées, grâce au télétravail et des conditions de vie très confortables. La nourriture est stockée, pour les parents la nounou vit avec eux ou peut les rejoindre afin que leur vie professionnelle ne soit pas perturbée. Nous avons échangé avec une franco béninoise installée au Nigéria. Elle nous informe que certains magasins exigent le port de masque et limitent le nombre de clients. Les hôpitaux ont mis en place un contrôle de la température et un questionnaire portant sur notre condition à l’entrée. La population porte également des masques. Le gouvernement vient d’annoncer le confinement total des états de Lagos et Ogun, ainsi que de la capitale fédérale Abuja à partir du lundi 30 mars 23h pendant 14 jours.

Lire aussi : Prévention du COVID-19 au Mali

Le COVID-19 en Afrique : Le Mali

Le nombre de cas reste faible, au 28 mars le gouvernement annonçait 18 personnes contaminées. Le Mali a décrété au 26 mars l’état d’urgence sanitaire ainsi qu’un couvre feu de 21h à 5h ainsi que la fermeture des frontières terrestres. Nous avons interrogé un béninois qui vit au Mali. Il nous a fait part de la fermeture des écoles, des universités, des restaurants et supermarchés. Il est issue de la classe aisée donc a démarré l’auto-confinement bien avant les directives du gouvernement. Il précise que cela est pratiqué essentiellement par les nantis car les populations pauvres gagnent leurs revenues au jour le jour.

Le COVID-19 en Afrique : La Côte d’Ivoire

Au 28 mars le nombre de cas enregistré est de 140. Le confinement sera mis en place à Abidjan à partir du 29 mars qui enregistre le plus grand nombre de cas. Des postes de contrôle ont été également déployés aux entrées et sorties d’Abidjan ainsi que la fermeture des écoles depuis le 16 mars. Un échange avec un Ivoirien vivant à Abidjan nous apprend que des contrôles sont mis en place même dans les transports en commun. Et que certains marchés sont fermés afin de les désinfecter.

A partir du 29 mars Abidjan sera coupée du reste du pays. Il faudra faire la demande d’un laissez-passer pour en sortir.

Le COVID-19 en Afrique : Le Sénégal

L’un des premiers foyers de la maladie en Afrique. Des mesures pour limiter la propagation de la maladie ont donc été mises en place depuis le 14 mars. C’est lors de rassemblements religieux dans la ville sainte de Touba que l’épidémie s’est développée, elles sont donc dorénavant interdites. La population semble disciplinée et a d’elle même limitée ses déplacements. Comme partout les classes aisées ont mis en place l’auto-confinement mais c’est un dispositif difficile à respecter pour les classes populaires.

Le COVID-19 en Afrique : Le Ghana

Il s’agit de l’un des premiers pays d’Afrique de l’ouest à avoir pris des mesures drastiques. Depuis le 15 mars le pays a fortement limité l’accès à son territoire au non Ghanéens et non résidents ayant visités les foyers d’infection. Les écoles et universités sont fermées depuis cette date, les rassemblements sont limitées à 15 personnes. Une Franco-Togolaise installée à Accra nous a expliqué que les gens qui peuvent ont mis en place le confinement depuis le 15 mars. Elle a observé les gens porter des masques et des gants, les magasins ont mis à disposition des gels hydroalcoolique. Et le confinement total débutera le 30 mars.

Le COVID-19 en Afrique : L’Ouganda

Il s’agit de l’un des pays les plus épargnés en Afrique. Ce n’est que récemment que des cas ont été identifiés et seulement 30 au 28 mars. Le pays est également l’un des premiers à avoir mis en place des mesures restrictives de voyage concernant leurs citoyens et les voyageurs provenant des 16 pays les plus affectés. Ainsi qu’une interdiction des rassemblements religieux. Une Ougandaise basée à Kampala la capitale, nous explique que la vie quotidienne n’a pas vraiment été bouleversée. Les gens qui peuvent s’auto-confinent, et beaucoup applique une distance sociale.

Le confinement total gagne du terrain, après l’Algérie, la Tunisie, le Maroc ou encore l’Afrique du sud c’est au tour du Ghana, le Nigéria et la Côte d’Ivoire d’imposer le confinement total dans certaines zones du pays.

Sisi Abeni

Pin It on Pinterest

%d blogueurs aiment cette page :