La sorcellerie au Nigéria

La sorcellerie au Nigéria s’observe à travers plusieurs phénomènes dont le pays est reconnu sur le plan international et d’autres observés sur le continent. Le Nigéria est un pays extrêmement capitaliste, où l’argent tient une place hégémonique. La vie y est extrêmement chère (loyers élevés, frais de scolarité prohibitifs, coût de l’électricité et de l’eau etc) et les apparences sont très importantes. Le besoin de revenues élevés y est certainement encore plus important que partout ailleurs en Afrique. Donc le recours aux pratiques occultes est par ricochet aussi plus important qu’ailleurs.

La sorcellerie au Nigéria : le milieu de la prostitution
Depuis les années 80, des femmes nigérianes sont envoyées en Europe pour être exploitées en tant que prostituées. Ces femmes viennent particulièrement de l’état d’Edo dans le sud-centre du pays. Avant d’arriver en Europe elles sont soumis à un rite qui implique la sorcellerie. Celui-ci qui permet à leur Madam (la personne qui finance et gère leur séjour en Europe) d’avoir un contrôle spirituel sur la personne et ses proches. Les femmes sont contraintes à leur arrivée de rembourser des sommes allant de 40 000€ à 85 000€ à leur Madam. Grâce au rite de la sorcellerie effectué avant leur départ rare sont celles qui ne remboursent pas cette somme. Difficile de chiffrer le nombre exacte de femmes en France contraint à la sorcellerie mise en place par les Madams. En 2016 en France, 990 prostituées nigérianes étaient suivies par des associations d’aide aux victimes d’exploitation sexuelle.

La sorcellerie au Nigéria
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

La sorcellerie au Nigéria

La sorcellerie au Nigéria : le milieu de la cybercriminalité ou des yahoo boys
La sorcellerie est aussi très répandue dans le milieu de la cybercriminalité. Les cybercriminels nigérians sont les premiers à avoir initié cela sur le continent africain bien avant les célèbres ivoiriens. Ils sont reconnus pour cela et réinventent constamment les méthodes. La pratique utilisée est appelée l’argent de sang (traduit du terme anglais blood money). Cela implique le sacrifice humain d’une personne proche ou non qui permettra de générer des revenues importants. Cette pratique doit être répétée afin que les revenues se renouvellent. Le cinéma nigérian propose de nombreux films qui traitent de ce sujet et permettent de se faire une idée précise.

La sorcellerie au Nigéria : les rituels de fin d’année
Ce type de sorcellerie est notamment très répandue en Afrique de l’ouest. A la fin de l’année on observe plus d’accidents de la route, de kidnapping et de disparition. Il s’agit aussi ici, à un recours à la pratique de l’argent de sang. Les gens ayant recours à cette pratique souhaitent ainsi s’assurer une bonne année. On attribue ces pratiques souvent aux commerçants et aux hommes politiques. L’année 2019 sera d’autant plus importante pour les hommes politiques car va se dérouler les élections présidentielles et gouvernementales. Au Nigéria les gens ont coutume de dire qu’il faut être plus vigilants durant les mois se finissant par ‘ember’ en anglais soit septembre, octobre, novembre et décembre. Car il faut se protéger des chasseurs de corps qui sont à la recherche des personnes à sacrifier.

Au Nigéria on observe une recrudescence des pratiques de sorcellerie auprès des jeunes. Une situation dû à une extrême inégalité des ressources dans le pays. Les effets pervers du capitalisme s’affichent de façon flamboyante dans les grandes villes comme Lagos ou Abuja. Les berlines et l’immobilier de luxe ainsi que l’apparence (habits, maroquinerie et bijoux de luxe) sont très présents dans ces 2 villes. D’où le besoin de générer rapidement beaucoup d’argent.

Sisi Abeni, correspondante à Lagos

Pin It on Pinterest

%d blogueurs aiment cette page :