fbpx

En 2012 lorsque le Mali a été attaqué par la coalition de djihadistes dirigée par le MNLA sous le regard bienveillant et même complice d’une partie de la communauté internationale, l’état de l’armée malienne fut le premier indice avancé. Toutes les théories paternalistes ont ensuite pris pour point de départ la faiblesse de l’armée malienne à faire face aux attaques.  La mission Serval en fut une résultante puis la MINUSMA et Barkhane. Aujourd’hui le Mali n’a toujours pas recouvré son intégrité, les terroristes à l’image de Iad Ag Ghaly y ont toujours pignon sur roue.

L’équipement de l’armée malienne est l’une de ses plus grandes plaies. Comme si cela ne suffisait pas, un embargo sur l’importation d’armements avait été voté contre le Mali au moment même ou il avait le plus besoin de s’armer pour se défendre. Cette armée est entrée dans une phase de reconstruction avec l’aide de la communauté internationale dont on peut lire avec beaucoup de difficultés les prérogatives. Plusieurs pays se sont dévoués pour aider à la formation des troupes maliennes. Quelle est la réalité sur terrain? Notre consultant pour les questions de défense Boubacar Salif Traoré  nous décrypte le sujet.

 

Elijah De Bla

Pin It on Pinterest

%d blogueurs aiment cette page :