fbpx

Verdun à vue tomber comme des mouches des soldats de moins de vingt ans arrachés à leurs terres un peu partout en Afrique noire. Toutes les familles africaines vivant en France ou en Afrique comptent des grands parents qui se sont battus pour libérer la France. Il y a cent ans de cela, cette horreur de la guerre meurtrière a laissé des traces sur la destinée d’un peuple, celle d’Afrique et sur la destinée d’un continent, celui de l’Afrique. Tous ces vieux anciens combattants de la guerre de la France à laquelle ils ont été contraints ont racontés durant toute leur vie avec fierté leur contribution à la quête de la libération de la France. Tous les petits fils d’anciens combattants ont plus d’une fois entendue les éloges de leurs héros de grands parents évoquant la France et ses deux guerres. Les deux guerres tout comme tous les actes dans lesquels la France a embarqué l’Afrique sont des actes racistes.

Malgré que l’Afrique ait donné ses fils les plus combatifs pour libérer la France, les tirailleurs rescapés n’ont jamais été récompensés à la hauteur des soldats français. Malgré que la France et l’Allemagne se tiraient dessus, les tirailleurs au début n’avaient pas le droit de détenir les armes à feu de peur qu’ils tirent et tuent des blancs fut-ils allemands ennemis.

Après toutes ces années éprouvantes pour le continent africain et le pillage continu de ses ressources et richesses obligeant ses fils à prendre la route des vagues meurtrières de la mer, l’homme noir demeure un sous homme aux yeux des institutions françaises. Malgré une éducation identique reçue à l’école de la république et les mêmes diplômes obtenus, la France est subitement atteinte de cécité crépusculaire dès qu’il s’agit des africains d’origines.

Les modèles de la communauté afro sont persécutés par l’intégralité des politiques, des institutions et des médias. Tous ces afro qui réussissent deviennent des hommes à abattre. C’est systématique de créer un bémol chaque fois qu’une figure de la communauté afro se retrouve en haut de la pyramide sociale. Détruire les modèles semble être un procédé pour perpétuer la culture de l’échec et de l’impossible.

Refuser qu’un descendant de tirailleur vienne chanter à la commémoration du centenaire de Verdun est une seconde mort gratuite pour les tirailleurs. Les descendants des auteurs de quatre siècles d’esclavage et  traite négrière s’octroient le droit de faire la morale. Quand on s’est engraisser grâce aux recettes de l’esclavage ont la ferme quand on se retrouve face aux descendants de victimes. Quand on a pactisé avec Adolph Hitler pour exécuter des millions d’africains, on s’excuse quand on se retrouve face aux descendants de victimes. Quand on a exécuté de sang-froid des tirailleurs africains à Thiaroye au Sénégal pour avoir réclamé des droits élémentaires, on fait une haie d’honneur à Alpha Diallo lorsqu’il vient chanter. Que alpha Diallo vienne chanter à Verdun cent après que des milliers d’africains soient tombés pour que le drapeau français flotte encore sur Verdun devrait être un honneur pour la France.

A travers Black M et l’offense que l’état français lui fait, des millions d’êtres humains se sente insultés. La France ingrate n’est pas prête à accepter son histoire en regardant droit dans les yeux ses fils. Le racisme institutionnel n’est plus une confidence. Le F-haine est un prétexte pour, les paroles des chansons sont un alibi. Ceux qui organisent la traite de l’Afrique en 2016 n’ont pas d’excuses pour punir l’artiste Black M.

 

Elijah De BLA

Pin It on Pinterest

%d blogueurs aiment cette page :