Majorité présidentielle à Paris : Choguel Maiga invite les maliens à s’informer sur les sites internet des ministères alors que Mahamadou Camara est toujours en poste selon son propre site

Samedi 19 Septembre 2015 s’est tenu à Pantin dans le département de Saint Denis une énième conférence débat de la mouvance présidentielle. Cela ressemblait à un replay de tout ce qui a déjà été dit par le passé.
Dans une petite salle prévue pour les fêtes de mariage où les invités doivent nécessairement dégouliner de sueur après avoir dansé sur du Koffi Olomidé, 90 personnes se sont réunies pour la mouvance présidentielle malienne. Sans fenêtres, sans aérations et avec une chaleur avoisinant les 30 degrés le public ne pouvait cacher son mal être.

Étaient présents :
–  Mangal Traoré, Consul général du Mali en France,
– Oumar Keïta, chef de la délégation permanente du Mali à l’UNESCO,
–  Tidjani Djimé, conseiller en communication de l’ambassadeur du Mali en France,
– Hamadoun Konaté, Ministre de la Solidarité, de l’action humanitaire et de la reconstruction du Nord,
–  Choguel Kokalla Maïga, Ministre de l’Economie numérique, de l’Information et de la Communication, Porte-parole du gouvernement,
–  Boubacar Touré, conseiller politique du président de la république
Les invités ont à tour de rôle pris la parole devant une assemblée majoritairement conquise. Nous étions en effet en terre RPM.
Choguel Maiga et Amadoun Konaté ont occupé 90 % du temps de parole. Le prix du plus bavard allant à Konaté qui s’est par moment perdu dans ses notes.

Ils ont tous parlé de la crise du Nord, des enjeux politiques de l’accord de paix signé récemment, des miraculeuses avancées économiques du pays, des logements dits sociaux etc.

Le bilan des deux ans du président IBK est satisfaisant à tout égard. Des chiffres ont été avancés par Amadoun Konaté et Choguel Maiga pour corroborer le succès de la gestion IBK pendant les deux années écoulées :

  •  75 000 emplois auraient été créés,
  • 15% du budget aurait été alloué à l’agriculture ce qui serait du jamais vu dans la sous-région Ouest africaine
  • la paix serait proche
  • le taux de croissance irait au-delà des prévisions : sur 5,5% prévu, le Mali aurait atteint 7% grâce aux efforts de IBK.

Notons que la conférence a débuté avec 1h30 de retard dû à une mauvaise planification des organisateurs et du manque de considération du ministre Choguel Maiga envers les militants de la mouvance présidentielle France. Le ministre, malgré le retard déjà ambiant, a fait patienter la salle pour accorder une interview à la radio rouge RFI. CQFD

La parole fut donnée plus tard aux différents médias présents dans la salle.

A titre d’exemple : une question anodine posée au ministre Choguel Maiga :
« Premièrement, vous avez dit il y a quelques instants que toutes les informations et statistiques données ici sont présentes sur les différents sites internet des ministères de la République du Mali. Alors, expliquez-moi Monsieur Maïga pourquoi sur le site de votre propre ministère, Mahamadou Camara y est (encore) le ministre de la communication ?
Deuxièmement, quels sont vos projets d’avenir concernant l’unique chaîne nationale, l’ORTM ? »

La réponse du Ministre fut :  » c’est la page Facebook de Monsieur Camara qui y est associée. Je ne suis pas là pour parler de moi. »
Aucune réponse de sa part concernant notre chère ORTM.
On nous a toujours appris à dire la vérité et qu’une faute avouée est à moitié pardonnée. Si le site du ministère de l’économie numérique, de l’Information et de la Communication, Porte-parole du gouvernement n’est pas mis à jour ne serait-ce que pour la mise en avant du titulaire du poste, il y a beaucoup à craindre.

  • le ministre n’a jamais visité le site internet de son département et il se permet d’en faire la promotion,
  • il invite les maliens à s’informer sur des sites dont il n’a aucune connaissance,
  • le gouvernement malien ne sait pas faire la communication de son propre mensonge,
  • il n’existe nulle part des ressources documentaires où l’on pourrait trouver les données statistiques de la belle réussite du président IBK

Le constat est plus que pitoyable ! Moussa MARA est toujours le premier ministre sur ledit site. L’attentat contre Charlie hebdo y est en une. Le cabinet du ministère demeure celui de l’époque de Mahamadou Camara. Si le site du ministère sensé réguler la communication et l’économie numérique n’est pas capable de s’aligner sur le minimum de service que doit fournir un site, doit-on croire en les propos du ministre de tutelle ? Cela a l’air anodin mais il est très grave de donner des informations erronées pour simplement couvrir l’absence de réalisation du gouvernement et du président. Rendez-vous sur le site du ministère de la communication www.communication.gouv.ml  et vous en reviendrez définitivement découragé et désespéré.

Le mensonge a besoin de stratégie et la stratégie a besoin de communication. Ni l’un ni l’autre n’est encore en marche.
Les réseaux sociaux et autres sont des outils de communication indispensables de nos jours. Ils sont la vitrine d’un pays pour le reste du monde. Ils sont la fenêtre invisible entre un citoyen et son gouvernement. Aujourd’hui, ils vont de paire avec la communication d’un pays.
Monsieur Racine Thiam, est sûrement en train de travailler sur ce point essentiel de la communication gouvernementale. Peut-être devrait-il élargir son champ d’action et proposer des services ou mêmes des formations qualifiantes à l’ensemble des membres du gouvernement malien ?
Si le but de cette conférence de presse était de promouvoir les actions du président IBK sur ses deux premières années et expliquer une trente sixième fois le bien-fondé de l’accord, il devient de plus en plus difficile pour le gouvernement de couvrir son non-respect par la CMA sur le terrain. L’épine dorsale qu’est le GATIA non plus n’est pas maitrisé dans le discours de la majorité. Pendant la conférence, le ministre Choguel a eu la confirmation de l’occupation d’Anefis par la CMA. Pour seule réponse, il a informé la salle que le gouvernement allait se réunir pour rédiger un communiqué. L’arme de destruction massive du Mali est « le communiqué ».

« On est plus le fils de son époque que le fils de son père »

Maria6