fbpx

Adama Traoré tué une seconde fois par l’état malien

« Lorsque ce qu’on va dire n’est pas plus utile que le silence, on se tait ». Malgré le contexte tendu de la disparition du jeune Adama Traoré (24 ans), malgré son inhumation au Mali terre de ses parents, le Mali par voix et voie officielle a décidé de communiquer de la manière la plus maladroite qui puisse être.

En effet, le gouvernement du Mali a estimé nécessaire de clarifier qu’il ne reconnaissait pas Adama Traoré comme un malien. Au-delà de la simple reconnaissance administrative que peux être une nationalité, on peut s’interroger sur le bien-fondé de cette sortie qui ne plait pas du tout à tous.  Habitué à fuir ses responsabilités le gouvernement malien et son chef suprême le président IBK auraient dû nous économiser une gêne supplémentaire. Les maliens n’avaient pas besoin de cet arbitrage macabre. Historiquement, la société malienne ne rejette pas les africains encore moins ceux qui se réclament maliens. C’est inscrit dans l’ADN de la constitution et de l’hymne nationale du Mali. la demande de la famille d’Adama Traoré à l’état malien a eu la réponse qu’on ne ferait pas  à un chien. Lisez le communiqué du gouvernement https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1742849602599905&id=1615476092003924

On savait le gouvernement incapable de générer une communication saine et productive, sur ce coup-ci, il a manqué une occasion de se taire.

Si effectivement Adama Traoré tué lors de son interpellation n’avait pas de pièce d’identité malienne et qu’au regard de la législation il n’était lui-même pas malien, ses parents sont définitivement maliens.

Par ricochet Adama Traoré pouvait être malien dès lors qu’il demandait ce droit. Aussi le droit de sang et la filiation sont des conditions suffisantes pour se réclamer malien.

La communication du gouvernement malien manque à la fois de tact et d’humanisme. Le gouvernement pouvait exprimer son refus d’intervenir en faveur d’une justice pour Adama Traoré en des termes plus humains et plus diplomatiques. Depuis l’indépendance du Mali, c’est la première fois que la solidarité soit refusée à un fils du Mali.

Est-il besoin de rappeler que les millions de maliens immigrés dans le monde et qui transfèrent plus de fonds vers le Mali que l’aide publique au développement ont des fils et filles qui n’ont pas forcement acquis les documents officiels du Mali? Pourtant ils pensent Mali, ils respirent Mali et ils contribuent financièrement à l’effort économique. Certes, pour être malien il faut détenir des documents maliens mais ce communiqué est inopportun pour spécifier qu’Adama Traoré malgré l’appartenance et l’attachement de ses parents au pays d’IBK n’était pas malien. Un nouveau cap vient d’être franchi dans le processus de médiocrité du gouvernement malien sur tous les chantiers en général et sur celui de la communication en particulier.   Comment ont-ils pu valider ce communiqué? Qui a rédigé ce communiqué? L’ont-ils relu avant publication? Le front national de Marine Lepen n’aurait pas fait mieux.   Le communiqué précise que la mère d’Adama Traoré tué lors de son interpellation n’a qu’un ”passeport malien périmé”. Que s’est-il passé dans la tête du ministre Mountaga Tall pour basculer dans une telle bassesse envers un des nôtres pour préciser ces détails sur la vie de gens qui n’ont demandé que d’enterrer leurs fils?
le président malien IBK est venu plus d’une fois pleurer les morts français qui n’ont aucune filiation avec le Mali.  En venant en France pleurer les morts qui n’ont aucune filiation avec le Mali, le président IBK a utilisé l’argent de l’effort des maliens dont ceux vivant hors du Mali. Ces maliens vivant hors du Mali ont souvent des enfants comme Adama Traoré qui n’ont pas fait le nécessaire pour acquérir les documents administratifs maliens mais qui contribuent d’une manière ou d’une autre à l’effort économique.

Nombreux maliens à travers le monde comme la famille d’Adama Traoré s’imposent des privations pour envoyer de l’argent au Mali pour entretenir le train de vie de ceux qui se sont fendu de ce communiqué malsain.

La solidarité malienne aurait voulu que l’état malien exprime délicatement son refus.

Adama Traoré tué
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Le président IBK consolé par le président Macky Sall lors de la cérémonie en hommage aux victimes de Charlie Hebdo pleurant

Adama Traoré Tué
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Le président IBK dans le cortège de la marche #JeSuisCharlie pour des victimes qui ne sont pas maliennes.

Adama Traoré tué si jeune devrait émouvoir le président IBK si émotif mais pour cette fois-ci c’est raté car l’émotion sélective du présent ne sied qu’aux caucasiens.

Dire qu’Adama Traoré n’est pas malien est un mensonge d’état qui ressemble à quelque chose de légal mais vide de légitimité.

Finalement, le silence est la meilleure communication pour ce gouvernement dans lequel la qualité n’est pas un critère de choix. Il y a pire dans le scandale que le scandale lui-même, c’est le fait de s’accommoder au scandale.

 

Elijah de BLA

 

Pin It on Pinterest

%d blogueurs aiment cette page :