Situation à Kidal: un demi-milliard parti en fumée et le président IBK roulé dans la farine comme un débutant

L’accord de paix voulu et vendu par le président a été signé et depuis plus rien n’a bougé d’un iota. Ceux qui ont pris les armes conservent leurs armes et leurs positions. Pire, ils vont et viennent où ils veulent sur l’ensemble du territoire malien par contre ni le président IBK ni ses premiers ministres ne peuvent se rendre ou ils veulent.
Pour l’organisation du fameux forum de Kidal, Nous savons déjà que le gouvernement a claqué des sous (certains parlent de 400 millions de franc cfa, donné en 2 tranches) pour l’organisation de ce que nous pouvons appeler un folklore. Pendant les discutions préalables, les conditions d’organisation, de participation, de budget, bref de tout le tralala avaient été arrêtés et signés dans les chambres d’hôtel luxueuses et à Koulouba. Jusqu’à l’encaissement des sous, tout le monde était beau, tout le monde était gentil, IBK s’est même permis le luxe  d’humilier des alliés de première  importance que sont  Gamou et Diakité (le second chef du GATIA) en décommandant une entrevue à la dernière minute…  une fois la main sur les billets, les représentants de la CMA ont remis d’autres conditions obligeant le gouvernement  in fine à suspendre sa participation. On est tenté de regretter l’attitude du président envers le général  Gamou.
Ce n’est un secret pour personne que même l’amenokhal Ag Intalla de Kidal roule pour le leader terroriste  Iyad AG Ghali à forte raison les porteurs d’eau. Du coup, pour sauver les apparences,  le Gouvernement propose une autre date pour le forum que Kidal estime avoir déjà organisé. il faudra bien expliquer aux maliens, pourquoi le premier ministre encore moins IBK n’ont toujours pas mis les pieds à Kidal.
A Bamako, c’est une minable symphonie qui risque de finir en tragédie. Si le gouvernement ne veut pas se faire trimbaler, ou subir la pression populaire, il devra réagir, mais puisqu’on a que des gringalets qui chaussent du 69 de QI, on peut craindre le pire.
Du coté de Kidal, ce  sera un macabre folklore, puisqu’il faut rendre des comptes a Iyad qui n’est apparemment pas content, mais vraiment pas du tout, il l’a fait savoir en posant une mine tuant des FAMA, ajouté à la colère de certains éléments armés de la CMA, ça peut être l’escalade à tout moment. Iyad a très peu gouté au partage du demi-milliard donné aux porteurs d’eau. Ajouté à cela le fait que le fils de Ambery Ag Rhissa (celui-la même qui a été la dernière personne à voir vivant les 2 journalistes de RFI assassinés par les connections de la CMA) a été kidnappé Il y a deux jours. Est-ce un  règlement de compte?
Quid du GATIA qui se trouve délaissé et à présent entre le marteau et l’enclume ?
La présidence, le département des renseignements généraux et l’armée malienne ont manqués d’expériences et de savoir-faire. Le président IBK semble n’avoir pas compris la réalité géostratégique locale depuis le temps qu’il est aux affaires. Le seul véritable chef du désert malien se nomme Iyad AG Ghali. Le plus petit observateur de la scène vous le confirmera. Vouloir matérialiser le retour de l’administration malienne  à Kidal sans en référer au maître des lieux était juste un manque de sérieux de la part des dirigeants maliens.
Bien avant les négociations ayant abouties à l’accord de paix inapplicable, il aurait fallût négocier avec Iyad AG Ghali seul garant de la paix comme de l’insécurité de la zone. Dans un suivisme moutonnier, le Mali a classé IyAd sur la liste des terroristes infréquentables or la CMA n’est pas irréprochable encore moins le CNRDRE avec lequel le président a eu des collisions a un moment donné. La population bamakoise brule vif ses voleurs de motos sans autre forme de procès. Sans excuser Iyad, c’est exactement ce qu’il fait dans désert. Le MNLA quand à lui égorge ses prisonniers pourtant on a trouvé les moyens de le rendre crédible au point de lui dérouler le tapis rouge à Koulouba.
La CMA roule pour Iyad AG Ghali par intérimaires interposés. On peut faire des deals avec la CMA tant qu’on veut mais la paix ne dépend pas de ce groupement qui ne représente rien hors de Bamako.
Le président IBK était si sûre de son coup avec cette idée de forum validé par la CMA et  l’amenokhal Ag Intalla de Kidal qu’il a esquivé ses alliés du GATIA. La réalité est un retour à la case départ avec un demi-milliard parti renforcer les caisses des terroristes dont les représentants ont pris leurs quartiers dans le luxe des hôtels de Bamako loin des camps de réfugiés.

Quand on pense que ce forum n’était pas prévu dans l’accord d’Alger, on peut craindre que le président au score de 77% de voix des maliens soit dépourvu de réel plan de sortie de crise. L’avenir proche nous édifiera s’il parvient à concrétiser son forum de Kidal bis. Quoiqu’il advienne il devra encore passer par la caisse.

 

Elijah De BLA