Yorouba, Haousa et Igbo : les 3 ethnies principales du Nigéria

Yorouba, Housa et Igbo, les 3 ethnies principales du Nigéria, certains de ces noms vous sont peut-être inconnus en tant que francophones. Et bien c’est l’occasion de les découvrir, car ces peuples sont parmi les plus importants en Afrique de l’ouest mais aussi à l’échelle du continent. Avec une population de 191 millions de personnes, le Nigéria est un pays multiethnique, on en dénombre de 250. Ces 3 ethnies à elles seules concentrent environ 55% de la population totale. On vous propose de découvrir ce que les Nigérians appellent “Omo Naija” (= un pélange de pidgin et de Yorouba qui signifie Nigérians)

Les Yoroubas

Ce peuple représente 20,6% de la population soit 39,6 millions de personnes et parle la langue Yorouba. Les Yoroubas sont issus de l’ancien royaume d’Oyo qui s’étendait jusqu’au sud est de l’actuel Bénin. Ce qui explique la présence des Yoroubas dans ce pays francophone, on les retrouve aussi au Togo. Le peuple Yorouba est connu pour la finesse de ses oeuvres artistiques considérées comme parmi les plus réputées du continent. C’est aussi l’un des peuples qui a payé le plus lourd tribut de la traite négrière. Les descendants d’esclaves Yoroubas sont présents au Brésil, à Cuba ou à la Nouvelle Orléans dont la culture a été fortement imprégnée par ce peuple. Au sein de cette ethnie, il y’a des chrétiens, des musulmans et des traditionnalistes de façon proportionnelle.

Lire aussi : Le roman « L’autre moitié du soleil » de l’auteure Igbo Chimamanda Ngozi Adichie

Les Yoroubas vivant en partie sur les côtes, ils sont parmi les premiers à avoir été évangélisés, et donc scolarisés. Jusqu’à la fin de la 2nd guerre mondiale, c’est les Yoroubas qui ont fournis presque la quasi totalité des cadres à l’administration coloniale. Peuple d’intellectuels mais aussi de grands commerçants. Le système de castes (forgeron, guerrier, griot…) n’existe pas chez les eux. Les Yoroubas sont excellents dans de nombreux domaines, la musique avec Fela, Sade, Keziah Jones ou Wizkid. Les affaires avec les milliardaires Mike Adenuga ou Femi Otedola, la littérature avec Wolé Soyinka l’unique prix nobel de littérature du continent ou encore la styliste Lisa Folawiyo ou encore Deola Sagoe.

Mike Adenuga, un milliardaire de l'ethnie Yorouba
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Mike Adenuga, un milliardaire de l’ethnie Yorouba

Ils représentent 18,3% de la population soit 35,2 millions de personnes dont la langue est également appelée Haoussa. Les Haoussas vivent dans l’extrême nord du pays, au niveau de la frontière avec le Niger où ils sont aussi très nombreux (environ 50%). Ainsi que dans d’autres pays d’Afrique de l’ouest et centrale, ce qui en fait une langue véhiculaire. La société Haoussa repose encore sur le système féodal propre aux peuples du Sahel fondé sur les castes. Il ont une culture proche des Peuls où ils cohabitent en parfaite harmonie au Nigéria. Ils pratiquent l’islam a une majorité dominante, la culture a été fortement arabisée dont notamment la langue. Les haoussas sont traditionnellement des agriculteurs et des bergers. Ils sont réputés pour leur travail du cuir et leurs mets culinaires à base de viande (suya, kelichi…). Le Nigéria a été longtemps dirigé par les habitants du nord, on retrouve donc beaucoup d’entre eux à la tête des institutions étatiques. Aliko Dangote, l’homme noir le plus riche au monde est d’origine Haoussa.

Aliko Dangote, un milliardaire de l'ethnie Haoussa
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Aliko Dangote, un milliardaire de l’ethnie Haoussa

Les Igbos

Ils représentent 14,8% de la population soit 28,5 millions de personnes. Ils se distinguent en étant un peuple strictement nigérian et parle la langue Igbo. Les Igbos vivent au sud est du pays, dans la partie où regorge la première source de revenues du Nigéria qui est le pétrole. Leur structure sociale n’est pas hiérarchisée comme chez les Yoroubas ou les Haoussas. Cette citation de Chinua Achebe, un grand auteur Igbo “on juge un homme selon sa valeur et non celle de son père” explique la structure sociétale Igbo. Mais aussi leur intérêt pour les disciplines académiques et leur sens des affaires. La pénétration missionnaire en pays Igbo s’est produite en 1905, soit 50 ans après celle en pays Yorouba mais ils ont très vite rattrapé leur retard. Au Nigéria on dit “donne à un Igbo mille nairas et il transformera ça en 1 million de nairas”. Ils représentent le plus grand nombre de chefs d’entreprise. Les Igbos comptent parmi les plus grands noms de la littérature africaine comme Chinua Achebe ou Chimamanda Ngozie. Et bien évidemment des hommes d’affaires comme les multimillionnaires Tony Elumelu propriétaire de la banque UBA et encore Jim Ovia, le fondateur de la banque Zenith.

Tony Elumelu, un milliardaire de l'ethnie Igbo
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Tony Elumelu, un milliardaire de l’ethnie Igbo

Vous voilà maintenant experts des Nigérians, et oui car plus d’un Nigérian sur 2 fait partie de ses 3 groupes ethniques.

Abeni, correspondante à Lagos

Pin It on Pinterest