Connaitre WEB Du Bois, figure fondatrice du Panafricanisme

William Edward Burghardt Du Bois ou plus connu sous le nom de WEB Du Bois est considéré comme l’une des figures fondatrices du panafricanisme au même titre que Marcus Garvey. Le panafricanisme, mouvement politique à travers lequel ces deux illustres hommes ont œuvré pour la promotion et le développement de l’unité du peuple noir à travers le monde.

WEB Du Bois voit le jour en 1868, seulement trois ans après l’abolition de l’esclavage aux Etats Unis, un contexte qui va fortement influencer son engagement pour l’émancipation du peuple noir à travers le monde. Il  comprit très vite que la fierté raciale, l’éducation des noirs ainsi que la formation d’une élite noire seront les éléments indispensables à l’émancipation de sa communauté. Il s’est donc beaucoup investi dans sa formation académique et fut le 1er noir à être diplômé de l’université d’Harvard et détenteur d’un doctorat.

Contrairement à Garvey, WEB Du Bois est un intellectuel, il était historien, sociologue, professeur d’université et auteurs de nombreux ouvrages.

Son combat se traduit alors en premier lieu dans le domaine politique à travers ses ouvrages et revues et ensuite ses organisations. A travers sa revue « the crisis » il dénonce le racisme, s’attaque aux thèses racistes de Gobineau et de Grant dans son livre « le problème noir ».

 

L’émancipation des noirs était déjà en marche mais les moyens mis en  œuvre et les idées défendues ne correspondaient pas à l’idéal de Du Bois pour les siens.

Le combat de WEB Du Bois fut d’autant plus important et difficile car la lutte pour l’émancipation des noirs étaient déjà en marche. Elle était menée par Booker T Washington dont les idées étaient fortement marquées par le maintien des noirs dans leur soumission face aux blancs et une volonté à préserver la ségrégation afin qu’ils obtiennent l’accès à l’éducation et aux  opportunités économiques.

Des idées retranscrites dans le « compromis d’Atlanta ». C’est pour ces raisons que Bouket T Washington était très apprécié et soutenu par les instances blanches. La première bataille de Web Du Bois était donc de s’opposer en premier lieu à un membre de sa propre communauté et ensuite se battre face aux véritables détracteurs. Ce parcours est récurrent dans la lutte pour l’émancipation du peuple noir, un ennemi direct se trouve toujours au sein de la communauté et contribue à la division de celle-ci ce, qui finit par l’affaiblir. Il créé alors le mouvement du Niagara destiné à œuvré pour l’émancipation de la communauté noire et ensuite le NAACP  (National Association for Colored People) en collaboration avec des libéraux blancs.

 

WEB Du Bois fut l’un des premiers à œuvré pour une union globale du peuple noire à travers le monde, en 1900 il participe à la première conférence panafricaine destinée à protester contre le colonialisme en Afrique. Malgré les pressions du gouvernement américain contre ce projet, il organise en 1919 le premier congrès panafricain à Paris (Versailles). Le panafricanisme est né, vient ensuite le tour de Londres en 1921, Lisbonne en 1923 et New York en 1927.

Les efforts de Du Bois ne furent pas vains, il a su rallier à sa cause de jeunes intellectuels africains comme Kwame Nkrumah, Jomo Kenyatta qui organisèrent le quatrième congrès panafricain à Manchester en 1945 en sa présence.

Kouamé Nkrumah, élève de WEB Du BOIS
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Kouamé Nkrumah, le premier président du Ghana et l’un des pères fondateurs du panafricanisme sur continent

Les idées de WEB Du Bois sont donc à l’origine du combat de Nkrumah pour l’unité et l’entraide du peuple noir à travers son projet « d’Etats Unis d’Afrique ». L’idéologie de Du Bois est l’un des socles des actions menées par le père de l’indépendance ghanéenne et pionnier du panafricanisme sur le continent.

Lors de la création de l’Organisation de l’Union Africaine en 1963 Kwame Nkrumah déclare « l’Afrique doit s’unir ». L’accueil de tout membre de la communauté noire est donc l’une de ses priorités, qu’il soit du continent (par exemple des quartiers comme Madina à Accra ou d’autres à Koumassi ont été donnés à la communauté malienne lors de leur arrivée au Ghana) ou des Amériques (une minorité américaine est présente au Ghana depuis les années 60, d’illustres Américains comme Du Bois, Maya Angelou sont venus vivre au Ghana et d’autres ont étroitement collaboré avec le président comme Malcolm X). A travers de nombreuses rencontres qui se déroulent à Accra destinées à mettre en place des stratégies contre le colonialisme, Nkrumah s’engage également dans des projets permettant l’autonomie du continent sur le plan énergétique (projets hydrauliques), de l’armement (projets nucléaires) mais aussi le poids du continent dans les instances internationales (comme le non alignement).

On les oublie souvent mais les artistes ont aussi œuvré pour le panafricanisme, pour ne citer que les plus illustres comme Bob Marley, Miriam Makeba ou encore Fela Kuti.

Ils ont à travers leurs musiques diffusé cette conception du panafricanisme qui a su résonner chez beaucoup au sein de la communauté noire de façon même plus percutante que les actions des hommes politiques. Beaucoup se sont engagés dans cette lutte après avoir écouté une chanson de ces artistes. Myriam Makeba a beaucoup œuvré pour l’adoption du swahili comme langue officielle du continent afin qu’on n’ait plus recours aux langues du colon pour communiquer.

 

En 1983 Thomas Sankara arrive à la tête de ce qu’on appelait alors la Haute Volta et qu’il a rebaptisé le Burkina Faso (pays des hommes intègres en Moré). Déterminé à reprendre le flambeau de Nkrumah à travers ses idées il n’hésite pas à reprendre aussi son fameux slogan « l’Afrique doit s’unir », le panafricanisme est de retour. Il ne fut que de passage au pouvoir contrairement aux autres président Africains qui y passent des décennies. En seulement 4 ans, il mit en place une politique tournée vers le développement de l’économie locale, l’autosuffisance alimentaire, l’autonomie financière (opposé aux prêts de la banque mondiale), la promotion des femmes, de véritables programmes d’alphabétisation, la construction de logements sociaux et bien d’autres. Parfaitement conscient que le développement du Burkina Faso ne se fera qu’à travers l’unité de l’Afrique il tenta jusqu’à son assassinat de remettre sur les rails le panafricanisme.

Thoams Sankara, disciple de WEB Du BOIS
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Thomas Sankara, président du Burkina Faso de 1983 à 1987 avait repris dignement le flambeau du panafricanisme laissé par Krumah

 

Aujourd’hui les héritiers de ces illustres hommes qui ont œuvré sans relâche et dont un en a même payé de sa vie sont nombreux bien que leurs actions ne soient pas véritablement politisées. En revanche ils jouent un rôle important de lanceur d’alerte et permettent à tout membre de la communauté noire sensible aux questions du panafricanisme de se rallier autour de leurs actions et idées.

Ils sont essentiellement Africains. Le plus connu est Kemi Seba, jeune français issue de l’immigration africaine engagé depuis maintenant 15 ans, et dont ses idées lui ont attiré les foudres de la classe politique française.

Une jeune togolaise installée aux USA, Farida Bemba Nabourema tire également son épingle du jeu depuis quelques années. On pourra aussi citer Kofi Jicho Kopo ou encore Claude Wilfried. La relève du côté des artistes est moins importante mais certaines figurent se détachent comme Femi Kuti ou Tiken Jah Fakoly.

Kemi Seba, figure du panafricanisme moderne descendant de la pensée de WEB Du BOIS
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Kemi Seba, figure du panafricanisme moderne et porteur du flambeau. Il est allé s’installer sur le continent Africain pour rapprocher ses idées de la matière

Tiken Jah Fakoly, artiste ivoirien
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Tiken Jah Fakoly, artiste ivoirien de reggae et panafricain dans ses textes et dans ses actes

La lutte des anciens a été dure, ils furent souvent mal compris de leur vivant et toujours isolés, malheureusement il en est toujours ainsi. La route est encore longue…

 

Sisi Adouni

 

 

 

 

 

 

 

 

Pin It on Pinterest