Révision constitutionnelle : Les maliens doivent remercier le président IBK

Remercier le président IBK est l’acte majeur que les maliens doivent accomplir.  L’ingratitude n’est point une de nos valeurs mandingues. Grace à la gouvernance borgne au Mali depuis 2013, au népotisme, à l’enrichissement illicite et au projet de révision constitutionnel, le président  IBK a permis aux maliens de se rassembler autour de ce qui est essentiel pour eux, c’est-à-dire le Mali. En effet, la déliquescence de l’appareil étatique nous avait fait croire que le Mali était foutue à jamais. Nous avions malencontreusement cru que le malien pouvait tout supporter sans rechigner. Le président IBK en premier croyait que le malien était devenu sa propriété privée  au point de s’absenter du Mali même quand le peuple avait besoin de lui pour panser ses plaies. De manière crescendo, le réveil du malien se fait et certains ont forcément l’air surpris. Kassoum Tapo, le ministre chargé de réviser notre constitution fait partie de ces hommes que le peuple malien a réveillés brusquement d’un sommeil qui date des années 1980.  Tapo qui doit ignorer que les maliens comme les autres peuples ont basculé dans une ère où l’ORTM n’est pas nécessaire pour s’informer voulait tromper les maliens.  Avec un projet de révision importé de France et estampillé front national (FN), l’avocat a étalé toutes ses lacunes sur les plateaux télé. Il joue si mal sa partition qu’on peut le soupçonner de jouer pour le camp du NON. Peut-être que Kassoum Tapo est un infiltré.

En tout cas, les débats liés projet de la révision constitutionnelle ont montré que Maître Kassoum Tapo est limité pour convaincre sur un texte qu’il a contribué à construire. Les maliens doivent remercier le président IBK grâce à qui nous avons découvert les lacunes de Tapo.

Le ministre de la jeunesse Amadou Koita s’est montré aride en arguments  pour défendre le texte du projet de constitution proposé par le gouvernement auquel il appartient.  Il est si mauvais débatteur que l’envoyer sur un plateau est une sentence pour lui. Remercier le président IBK est un devoir car il est celui qui nous a révélé le fond vide de ce ministre.

Les leaders religieux maliens étaient inscrits dans un processus de désacralisation.

De plus en plus de maliens estiment que Mahamoud Dicko et Ousmane Haidara ne sont plus avec le peuple.

Le 13 Juillet, ces leaders se sont montrés officiellement aphones au sujet du projet de révision de la constitution alors même qu’ils s’étaient donné rendez-vous  à la grande mosquée pour se prononcer. La montagne ayant accouché d’une souris, ils ont publié un communiqué qui n’a rien à voir avec la constitution. Les maliens ayant pris connaissance de ce communiqué vide de sens s’expriment de plus en plus ouvertement pour dénoncer la position ambiguë des leaders religieux. Les maliens viennent de découvrir la vraie nature du haut conseil islamique du Mali et des deux grandes stars qui sont Haidara et Dicko.

Celui qui aura permis de découvrir que les leaders religieux manipulent le peuple au profit de leurs propres positions est le président IBK. Rien que pour cela, les maliens doivent remercier le président IBK.

Cette campagne du OUI et NON nous aura permis de découvrir l’inexistence d’un entourage fiable du président IBK.  L’information majeure de ce second semestre de l’année 2017, est la découverte d’une société civile malienne  et une jeunesse malienne organisée et capable de véhiculer un slogan et une organisation avec une célérité mieux que l’ORTM. Le monde a changé et les maliens avec. Les seules personnes à n’avoir pas compris ce changement sont le gouvernement malien et les leaders religieux.  Ils continuent de croire que seul l’ORTM informe. Ils continuent de croire que seules leurs paroles sont considérées par les maliens.  Le gouvernement maliens et les guides religieux vivent encore dans les années 1980. Ils ignorent l’avènement de nouveaux leaders d’opinions. Des jeunes maliens à l’image de Ras Bath n’ont rien à envier aux leaders religieux. De véritables stars du net qui drainent des millions d’audiences sont nées. Des influenceurs sont nés, en 5 minutes de vidéos, ils atteignent des millions de maliens sans débourser un centime.  Les fameux leaders religieux ignorent la force de frappe de ces derniers.  Aujourd’hui, ces leaders religieux qui sont réduits à se justifier vont jusqu’à traiter de drogués tous ceux qui ne partagent pas leurs avis. Les maliens usagers des réseaux ont très peu goûté aux invectives du prêcheur Haidara qui a affirmé que des drogués sont payé pour s’attaquer à sa personne. Il semblerait qu’il y’ait panique à bord chez les « hommes de dieu ». Celui grâce à qui nous  avons droit à ce spectacle de déshonneur est le président IBK. Encore une fois, les maliens doivent remercier le président pour avoir exposé les leaders religieux au jugement des maliens.

Comme le dit l’adage, à quelque chose, malheur est bon. C’est le cas de cette décision prise par le président à vouloir changer notre constitution. Si le projet fait couler beaucoup d’encre et a fait  cliver le Mali, il faut saluer le réveil des maliens.

Il faut souligner la naissance d’une ère nouvelle où l’ORTM est relayée au second plan dans la course à l’information. Les réseaux sociaux ont plus informé que l’ORTM et mieux rassemblé. Les deux grandes mobilisations des maliens au Mali n’ont pas bénéficiés de l’ORTM et les rassemblements des maliens de l’étranger attestent une évolution.  Il y’aura au Mali un avant et un après  campagne référendaire.

Elijah De BLA

Pin It on Pinterest