Résultat de l’élection présidentielle malienne: quels enseignements?

IBK et CISE au second tour de la présidentielle malienne 2018
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

IBK et CISSE, les deux qualifiés pour le second tour de la présidentielle malienne

le ministère de l’administration territoriale s’est enfin décidé à proclamer les résultats du premier tour de l’élection présidentielle malienne. Après 5 jours d’attente ponctuée par des spéculations de tous les états majors, les maliens peuvent se concentrer à présent sur la campagne du second tour si toute fois les candidats ne contestent pas les résultats. IBK sera face à Soumaila CISSE au second tour de la présidentielle malienne.

Dans ce qui suit, nous allons faire une étude comparative entre les scores du scrutin de 2013 et celui de 2018. Les critères sont le nombre de voix exprimées et le pourcentage de voix. Nous allons nous intéresser aux trois premiers des premiers tours de 2013 et 2018.

En 2013, le candidat IBK est arrivé en tête du premier tour avec 39, 79% contre 41,42% en 2018. Il a progressé 1,63 point. Son légendaire challenger Soumaila CISSE a opéré le chemin inverse. De 19,70% en 2013, il est passé à 17,80% en 2018. Il régresse de 1,90 point. Quand à Dramane DEMBELE arrivé troisième en 2013 avec 9,71% des voix, il s’est contenté d’un score de 0,56% en 2018. Une dégringolade chiffrée à 9,15 points.

Avant de continuer il faut préciser qu’une partie de l’opinion conteste ces résulats. Il est donc important de caractériser l’aspect analyse des chiffres fournis par le ministère de l’adminsitration territoriale du Mali. Ces chiffres ne sont pas fournis par notre rédaction.
Une fois que nous avons précisé certains préalables, nous pouvons analyser les chiffres. Avec 1 175 769 de voix en 2013, IBK se retrouve en 2018 avec 1 333 813 voix en sa faveur.

S’il gagne en terme de suffrage exprimé, il régresse en terme de proportion de population malienne votante qui souhaite le voir faire un second mandat.

Par ailleurs 3 445 178 voix ont été exprimées en 2018 contre seulement 2 955 264 en 2013. On constate une amélioration numéraire de la population votante de 489 914 voix exprimées. Pour un président sortant, on peut parler de désamour ou de progression dans la médiocrité.
Soumaila CISSE, l’éternel second a quand à lui obtenu 573 111 voix en 2018 contre 582 127 en 2013.

En terme quantitatif, il est à plaindre car il régresse de 9016 voix exprimées.

Etant donné que le nombre de suffrage exprimé s’est accru, il accuse un recule en proportion. Globalement, il n’a pas gagné lui aussi plus d’amour des maliens qu’en 2013.
Le plus grand perdant de ce scrutin est Dramane DEMBLE, ex faiseur de roi. Il est devenu en l’espace de 5 ans un candiat qui perd la foi.

Avec 18 091 voix exprimées en sa faveur en 2018 contre 286 929 en 2013, DEMBELE subit une dégringolade phénoménale de 268 838 points. A ce niveau d’impopularité, la campagne fut une perte de temps pour lui.

Si le rêve du président sortant était le « TAKOKELEN », c’est à dire une victoire au premier tour, on peut parler d’échec puisqu’il est contraint à vivre un second tour malgré son âge avancé qui ne sied pas aux efforts physiques de la campagne. Malgré l’utilisation abusive des médias d’état, malgré quatre ans de campagne ininterrompue, il doit se contenter d’un score 41,42%. Pour être président, il lui faudra aller chercher les voix de ses ex ennemis du premier tour qui sont de ex amis aussi. D’ailleurs, tout le monde fut ami un jour dans le microcosme politique malien au sein de l’ADEMA PASJ. Pendant 4 ans, non seulement IBK a organisé son omniprésence sur le terrain par ORTM interposée, il a aussi organisé l’absence de l’opposition. Pour exemple, les mobilisations géantes de la plate-forme ANTE A BANA et l’accueil triomphal réservé à Ras BATH à son retour de Paris n’ont pas cumulé 1 minutes dans le JT de 20 Heures de l’ORTM. Chacun de ces rassemblements mobilisait le million de maliens au minimum. A côté de ça, l’ORTM consacrait 5 minutes du JT à un rassemblement de 8 personnes venues à Koulouba pour remercier le président IBK pour une réalisation de l’état malien. Plus de 150 voyages à bord de l’avion présidentiel ont été comptabilisés, chacun d’eux a fait l’objet d’une couverture suffisante au JT à l’aller comme au retour. Le mandat du président fut utilisé pour ce type d’asymétrie en tout point. Malgré cet abus, IBK n’est pas réélu dès le premier tour. Ceci pourrait expliquer le retard de la proclamation des résultats.
Le mode de gouvernance ajouté à la partition programmée du pays a fait chuter le taux de participation. Si en 2013 il était de 56,72%, il est passé à 43,06%. Les maliens ne croient plus au progrès social par le vote. Ceux qui vont voter sont pour une partie achetés. L’achat de vote est un principe au Mali et le camp présidentiel est régulièrement cité comme étant friand de cette pratique. L’opposition saura t-elle se rassembler autour de Soumaila CISSE programmé pour affronter IBK depuis l’attribution du statut de chef de file de l’opposition? Tout dépendra des intérêts des uns et des autres. Un autre facteur non négligeable est la capacité de l’encombrant allié Ras BATH à employer un langage politique de campagne au détriment de celui d’activiste qui pensent avoir le monopole des invectives. A ce jeu, Aliou DIALLO et Cheick DIARRA devraient être délicatement traités, avec 7% ils ont un poids que CISSE doit draguer.

présidentielle malienne
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Cheick Modibo DIARRA et son directeur de campagne Moussa MARA

présidentielle malienne
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Aliou DIALLO arrivé en troisième position de la présidentielle malienne 2018

Une pression pèse sur les épaules du président sortant, en effet c’est la première fois qu’un président malien soit contraint à passer par le second tour lors de élection présidentielle. Si l’opposition accepte ces résultats, la campagne pour le second tour est ouvert et l’expression « Boua Ka BLA » VS « Boua Ta Bla » prendra toute sa quintessence. La nuit sera longue, les états majors seront sollicités pour décider si un boycott des élection est envisageable dès demain ou si l’opposition accepte les résultats. Si une manifestation doit être programmée, elle se fera dès demain.

Le résultat complet du premier tour de l’élection présidentielle malienne de 2018

Elijah De BLA

Pin It on Pinterest