Nina Wallet Intalou manie mieux la Kalachinkov que le langage de la culture et du tourisme

Si l’obligation de résultat était le critère de choix que le président Ibrahim Boubacar Keïta a mis en avant pour intégrer la ministre Nina Wallet Intalou dans son gouvernement, il doit forcément être au regret en ce moment.

Nina Wallet a avant tout été admise au sein du gouvernement pour des besoins de paix sociale entre les fils du Mali selon la volonté affichée du président Ibrahim Boubacar Keïta. Autrefois rebelle qui posait fièrement avec les armes du MNLA, l’arrivée de Nina Wallet qui a fait couler beaucoup d’encre aurait pu servir à rapprocher l’état malien et les fils fâchés et perdus de la nation. Il faut croire que c’est peine perdue. En effet la CMA devenue la maison mère du MNLA ne se reconnaît pas dans une participation quelconque au gouvernement malien. Nina Wallet est une espèce de traître partant de ce constat.
Concernant son ministère qui est celui d’artisanat et du tourisme, elle aurait pu clore le débat par des actes et une communication ciblée. Il semblerait qu’elle ne soit pas à la hauteur de la confiance placée en elle par le président.

Nina Wallet Intalou
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Le logo du sommet France Afrique

Invitée à Paris du 6 au 7 Décembre 2016 par le MEDEF avec une délégation composée d’autres ministres et de jeunes maliens dans le cadre des préparatifs du sommet France Afrique à Bamako, Mme la ministre Nina Wallet faisait partie d’un panel qui répondait aux questions des participants du Forums de la Jeunesse et de l’Entrepreneuriat.

Un exercice d’apparence banal pour toute personne qui a choisi de parcourir 6000 KM de Bamako à Paris mais ce ne fut pas le cas de la ministre qui fut l’attraction du nouveau gouvernement au lendemain de sa composition. Elle n’a semble – t-il pas prit le temps pour s’entourer de spécialistes de l’artisanat et du tourisme malien pour préparer sa venue sachant qu’elle a reçu les thèmes de référence au préalable. A la simple question de savoir l’apport de la culture dans l’économie du Mali, notre ministre s’est livré à un spectacle honteux. Entre divagations et imprécisions des propos, elle a fait étalage de ses carences devant le reste du monde. Pour répondre à cette question relative à l’économie de la culture Nina Wallet à plutôt parlé de la production de coton du Mali qui se chiffrait à 600 000 tonnes pour la dernière campagne. La délégation malienne présente ne pouvait masquer son embarras. A-t-elle confondue « culture » et « agriculture » ? La question était sur toutes les lèvres.
A ce niveau de responsabilité, ces loupées sont irréversibles pour un pays qui cherche à draguer les touristes et l’investissement étranger.
Certains participants maliens sous couvert d’anonymat ont confié douter du niveau de syntaxe et scolaires de la ministre.

Nina Wallet Intalou est le prototype du rebelle Touareg qui intègre le gouvernement ou d’autres postes de responsabilité.

Ils ont rarement l’obligation de résultat et n’ont pas forcément des compétences autres que celles de faire croire aux pauvres Touaregs qu’ils les défendent par des armes.

Finalement, le responsable rebelle Touareg et les responsables du RPM, ADEMA, URD se ressemblent en tout point. Ils ont en commun de rendre négativement exceptionnel, ce qui est simpliste à l’origine.

Elijah De BLA

Pin It on Pinterest