La traite négrière arabo musulmane, silence et ignorance des Africains et pourtant nous ne manquons pas de célébrer chaque année l’abolition de la traite transatlantique. C’est le 23 août que l’UNESCO célèbre ce crime contre l’humanité, de nombreux sites en Afrique entretiennent ce devoir de mémoire (Gorée, Cape Coast, Ouidah, Badagry…). En revanche, la traite négrière arabo musulmane reste méconnue de beaucoup et particulièrement des Africains.

Le retard économique du continent africain est en grande partie due à ces razzias et massacres perpétuels depuis le VIIIIe siècle jusqu’au 20è siècle sans interruption effectués par les Arabes et les Européens. Une infamie que seul le continent noir a vécu dans l’histoire de l’humanité.

Des chiffres édifiants
La traite négrière arabo musulmane débuta au VIIIe siècle et pris fin au début de la colonisation en 1920 soit une période de 13 siècles dont 17 millions de victimes. Ce qui fait d’elle la traite la plus longue et la plus atroce de l’histoire de l’humanité. C’est toute l’Afrique subsaharienne qui a été affectée par ce crime contre l’humanité, à l’ouest (Mali, Niger, Tchad, Nigéria…) à l’est (Ethiopie, Somalie, Ouganda…) et au sud (Zanzibar…). Contrairement à la traite transatlantique, ici les victimes furent à 60% des femmes et des enfants.

A lire aussi : L’amnésie des états d’Afrique noire face à l’esclavagisme historique des arabes

Cette traite avait pour but d’alimenter le besoin de femmes et d’eunuques dans les harems (hommes castrés chargés de fonctions administratives et militaires ainsi que de la garde des harems). C’est d’ailleurs cette castration et les infanticides qui expliquent le peu de traces de ces populations noires au sein des peuples arabes aujourd’hui (Turquie, Iraq, Yemen, Arabie Saoudite, Maghreb…). Donc nous pouvons clairement parler de GÉNOCIDE du peuple noir. Une autre caractéristique de ce crime qui le distingue de la traite transatlantique, où l’on retrouve près de 70 millions des descendants d’esclaves à travers tout le continent américain.

L’ouest du continent est depuis plusieurs siècles fortement islamisé, une situation qui contribue en partie à cette ignorance des nôtres et qui se traduit par le silence. L’adhésion à l’islam des peuples noirs a eu pour effet la pratique d’une solidarité religieuse à travers la oumma (communauté musulmane). Une autre raison qui pourrait expliquer le silence des Africains musulmans sur ce GÉNOCIDE. Pourtant les peuples les plus islamisés (les Mandingues, les Wolofs, les Peuls, les Haoussas…) sont parmi ceux ayant le plus souffert de la traite arabo musulmane. On estime à 9 millions le nombre de captifs à travers le Sahara dont 2 millions y ont péri. Et 9 millions de victimes concernant les captifs des régions de l’océan Indien et de la mer rouge.

Les africains souffrent d’un véritable syndrome de stockholm concernant la traite négrière arabo musulmane

Le syndrome de stockholm des Africains

Pourquoi ces populations ne réclament pas un devoir de mémoire en l’honneur de ce GÉNOCIDE dont ils ont été victimes ? A travers le continent, on observe constamment les marques de solidarité lorsque l’islam est attaquée, des manifestations et des actes de violence. Mais silence et inaction sur ce GÉNOCIDE, quand allons-nous nous réveiller ?

Il faut savoir que pour obtenir 500 000 captifs cela impliquait le massacre de 2 millions

Dans la sphère francophone on observe aussi les mêmes réactions et comportement au sein de ses communautés vivant en France. Elles sont toujours fortement représentées lors des manifestations contre les attaques envers l’islam. Mais aussi celles au soutien de la Palestine. Et pourtant, ils sont aux abonnés absents pour soutenir les peuples noirs des pays arabes. La Palestine compte d’ailleurs une communauté noire totalement méprisée.

Les Africains exigent un devoir de mémoire concernant la traite transatlantique mais pas pour la traite négrière arabo musulmane. Cette dernière est pourtant un véritable GENOCIDE, la plus longue et la plus meurtrière. Il faut savoir que pour obtenir 500 000 captifs cela impliquait le massacre de 2 millions d’entre eux. Le retard économique du continent africain est en grande partie due à ces razzias et massacres perpétuels depuis le VIIIIe siècle jusqu’au 20è siècle sans interruption effectués par les Arabes et les Européens. Une infamie que seul le continent noir a vécu dans l’histoire de l’humanité.
Pourquoi les africains souffrent d’un véritable syndrome de stockholm concernant la traite négrière arabo musulmane ?

La rédaction vous conseille vivement la lecture du livre “Le génocide voilé” de Tidiane N’Diaye.

Abeni, correspondante à Lagos

Pin It on Pinterest