Franc CFA : IBK est-il le nouveau leader des « anti Franc CFA » ?

Les fronts   » anti Franc CFA  » ont vu le jour un peu partout en Afrique et dans le reste du monde.  La jeunesse progressiste africaine et afro descendante s’interrogent sur les clés d’une indépendance monétaire et par ricochet politique et militaire. La souveraineté multiforme d’une grande partie de l’Afrique est tributaire des liens nés de l’existence du Franc CFA.  Nous avons reçu le leader du front anti Franc CFA, Mwazulu Diabanza qui nous expliquait l’asservissement de l’économie africaine par ses liens avec le Franc CFA.

 

Nous vous avons présenté l’interview du président IBK accordée à la chaîne d’information continue Al Jazeera. Les propos tenus par le président IBK alimentent les discussions et font la Une des médias maliens depuis hier. Tout le monde a retenu le fait qu’il se portera candidat si telle est la volonté de dieu. Le reste des informations majeures données par le président sont passées inaperçues aux yeux des maliens. Le président s’est pourtant exprimé sur la question du Franc CFA suite à une question du journaliste relative au besoin des africains de quitter cette monnaie coloniale.  Il a joué franc jeux compte tenue des relations stratégiques entre la France et les états africains utilisant cette monnaie clairement coloniale. Reconnaissant l’existence du débat au sujet de l’abandon du Franc CFA, il a reconnu une avancé dans la zone CEDEAO au sujet de la création d’une  monnaie indépendante. Il a expliqué les difficultés rencontrées avec les pays anglophones et lusophones. Le président IBK reconnait que la souveraineté monétaire est un préalable et que les experts africains réfléchissent à trouver une formule qui ne porte pas préjudice aux relations existantes en la France, l’Europe et l’Afrique.

Ces propos venants du président du Mali doivent être considérés comme une prise de conscience et un discours positif dans le long chemin emprunté par les « anti Franc CFA »  pour quitter le Franc CFA. Au-delà de tout soupçon de naïveté dont les optimistes qui applaudiront le président IBK peuvent être accusés, ces propos du président malien sont un espoir. On peut dire que les positions sont en train de bouger dans les palais. Il reste à voir les actes et surtout une convergence entre la jeunesse progressiste et les élites pour définitivement tourner le dos à cette monnaie. Le président IBK marque un précieux point dans un débat continental.

 

Elijah De BLA

 

Pin It on Pinterest